Yémen: pas de mission prévue de l’Unesco “pour le moment” (Audrey Azoulay)

La nouvelle directrice de l’Organisation pour l’éducation, la science et la culture des Nations unies (Unesco), Audrey Azoulay, a indiqué jeudi qu’aucune mission n’était prévue “pour le moment” pour préserver le patrimoine au Yémen, pays en conflit.

Lorsqu’il devient nécessaire de prendre des mesures pour la préservation du patrimoine, "la première chose que nous faisons c’est d’évaluer les dommages". L’Unesco "peut parfois envoyer des missions sur le terrain, nous l’avons fait dans la période récente avec de courtes missions à Alep" en Syrie, a précisé Audrey Azoulay.

"Elle ne l’a pas fait au Yémen". Ce n’est pas prévu "pour le moment", a-t-elle ajouté en réponse à des questions de journalistes à l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité sur la préservation du patrimoine dans les pays en conflit. Ce sujet a fait l’objet d’une résolution de l’ONU au printemps dernier.

Avant la guerre, le patrimoine yéménite historique était notamment riche de collections de manuscrits rares et d’objets préislamiques et traditionnels, comme de sites archéologiques. Dans le pays, la ville historique de Kawakban disposait notamment d’une citadelle et d’habitations datant du 2e siècle qui ont été gravement endommagés en raison de la guerre. Des monuments dans le gouvernorat d’Amran, comme des sanctuaires, ont également été visés intentionnellement.

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales, appuyées par la coalition sous commandement saoudien, aux rebelles houthis qui se sont emparés en septembre 2014 de la capitale Sanaa et de vastes régions du pays avec l’aide des partisans de l’ex-président Ali Abdallah Saleh.

Elle a fait plus de 8.500 morts et provoqué "la pire crise humanitaire de la planète", selon les Nations unies, dans ce pays déjà considéré comme le plus pauvre de la péninsule arabique. (afp)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite