Washington se dit préoccupé par la restriction du droit de manifester en Egypte

Washington a fait part lundi de sa préoccupationface à "la dégradation du climat relatif aux libertés de rassemblement et d’expression"en Egypte.

"Les Etats-Unis sont profondément inquiets de la dégradation du climatrelatif aux libertés de rassemblement et d’expression en Egypte", a déclaréla porte-parole de la diplomatie américaine, Jennifer Psaki, dans un communiqué.

"La mise en oeuvre d’une loi égyptienne restreignant le droit de manifestera entraîné une augmentation des interpellations, mises en détention et poursuitescontre des personnalités de l’opposition, des militants des droits de l’Hommeet des manifestants pacifiques", a déploré Mme Psaki.

Le département d’Etat avait déjà critiqué fin novembre cette nouvellelégislation, qu’il juge "pas conforme aux normes internationales".

Ces déclarations interviennent au lendemain de la condamnation à troisans de prison de trois militants qui avaient défilé contre cette loi controverséelimitant le droit de manifester.

Ces condamnations "devraient être réexaminées", a réclamé Mme Psaki,car elles "ne contribuent pas à une meilleure atmosphère électorale et au processusde transition protégeant les droits universels de tous les Egyptiens".

Washington demande depuis des mois au Caire d’oeuvrer au retour d’unrégime démocratique, notamment à l’occasion du référendum sur une nouvelle Constitution programmé les 14 et 15 janvier 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite