Valérie Pécresse: “il serait temps que le président de la République se réveille”

L’ex-ministre Valérie Pécresse (Les Républicains) a estimé mardi qu'”il serait temps que le président de la République se réveille”, citant les dossiers des migrants et du chômage.

L’ex-ministre Valérie Pécresse (Les Républicains) a estimé mardi qu’"il serait temps que le président de la République se réveille", citant les dossiers des migrants et du chômage.

"J’ai le sentiment que le Conseil des ministres de demain va être un Conseil des ministres profondément déconnecté des vrais problèmes", a déclaré la députée des Yvelines sur i-TÉLÉ.

Le chômage est "le dossier prioritaire" et "on n’a plus de ministre, c’est quand même singulier", a relevé Mme Pécresse, faisant référence à la démission annoncée du ministre du Travail François Rebsamen.

"Et le deuxième dossier qui va, à mon avis, humainement et économiquement être le dossier de la rentrée, c’est le dossier des migrants et on n’en parle pas au Conseil des ministres", a-t-elle poursuivi.

"Franchement, il serait temps que le président de la République se réveille", a-t-elle lancé.

A propos de la croissance, l’ancienne ministre du Budget a estimé que "nous n’avons pas rallumé les moteurs de la croissance intérieure". "Nous ne sommes pas suffisamment compétitifs, nous ne sommes pas suffisamment innovants et donc, dès que le reste du monde tousse, c’est la France qui éternue", a-t-elle développé, soulignant que "nous devons faire aujourd’hui beaucoup plus pour la croissance et pour l’emploi".

Mme Pécresse a par ailleurs appelé la droite à l’union dans la perspective des élections régionales. "il faut que nous soyons profondément unis pour une bataille qui est une bataille stratégique", a déclaré la tête de liste aux régionales en Ile-de-France.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite