Tunisie: vive tension à la reprise du procès de la chaîne “Nessma TV”, reporté au 19 avril

Dans une atmosphère particulièrement tendue, le tribunal de première instance de Tunis a décidé lundi d’ajourner au 19 avril l’examen des poursuites contre la chaîne privée "Nessma TV", affaire qui a déchaîné les passions à la suite de la diffusion en octobre dernier du film d’animation franco-iranien "Persepolis".

C’est le deuxième report de ce procès, demandé par les avocats de la partie civile après une première audience tout aussi houleuse il y a deux mois.

Le directeur de "Nessma TV" Nabil Karoui, le responsable du service de visionnage Hédi Boughenim et la présidente de l’association "La Voix de l’Enfant" Nadia Jamel, qui a procédé à la traduction en dialecte tunisien du scénario du film, sont poursuivis pour "atteinte aux valeurs du sacré, atteinte aux bonnes moeurs et troubles à l’ordre public".

Une représentation de Dieu -proscrite en Islam- avait provoqué un tollé et des manifestations violentes à quelques semaines des élections remportées par le mouvement islamiste "Ennahdha".

Des islamistes radicaux avaient alors tenté d’attaquer les locaux de Nessma TV et le domicile du patron de la chaîne a été saccagé à coups de cocktails Molotov.

Autorisé par les autorités et projeté auparavant dans plusieurs cinémas de Tunis, le film de Marjane Satrapi, primé à Cannes en 2007, n’avait dans ce cadre-là pas provoqué de réactions hostiles.

"Je suis triste, très triste d’être là aujourd’hui. C’est un procès politique", a lâché Nabil Karoui à son arrivée au Palais de justice. "Plus que ma propre personne, cette affaire touche plus de 10 millions de Tunisiens qui ont rêvé de démocratie", a-t-il déploré.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite