Trump : Baghdadi s’est fait exploser, est mort “comme un chien”

Le chef du groupe Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi est mort après s’être fait exploser dans un tunnel lors d’une opération américaine dont il était la cible dans le nord-ouest de la Syrie, a déclaré le président américain Donald Trump.

Le chef du groupe jihadiste s’était réfugié dans ce tunnel creusé pour sa protection avec trois de ses enfants. "Il a déclenché sa veste (d’explosifs), se tuant ainsi que les trois enfants", a dit Donald Trump. Il est mort "comme un chien", a ajouté le président américain dans un discours télévisé.

"Son corps a été mutilé par l’explosion", a dit Donald Trump.

"Le voyou qui a tellement voulu intimider les autres a passé ses derniers moments dans une véritable peur, en totale panique et dans l’effroi, terrifié par les forces américaines qui fondaient sur lui", a-t-il ajouté.

"Il est mort après avoir couru dans un tunnel sans issue, gémissant, pleurant et criant", a-t-il encore relaté.

Une "opération historique" selon les Kurdes

"Il est mort comme un chien", de façon "violente et vicieuse, en pleurant et courant. (…) Ce n’est pas une mort héroïque, c’est une mort de pleutre, avec trois enfants", a poursuivi Donald Trump avant de donner des détails sur l’assaut. "Nous le surveillions depuis 2-3 semaines. Nous savions qu’il y avait des tunnels, lesquels aboutissaient à des culs de sac. Le niveau de renseignement, de travail a été extraordinaire. (…) Nos hommes ont ouvert des trous dans les murs, nous ne voulions pas passer par l’entrée principale car il y avait des mines."

Le chef de l’Etat a tenu à remercier la Russie, la Turquie, la Syrie, l’Irak et les Kurdes, pour leur participation à l’opération. Il a aussi précisé que des terroristes avaient été capturés, et qu’un "grand nombre" d’entre eux ont été tués, dont deux femmes. "C’était comme regarder un film", a raconté le président, relatant comment il avait visionné en temps réel le raid américain grâce à des caméras embarquées par les forces spéciales.

La dernière apparition de Baghdadi remonte à une vidéo de propagande du 29 avril dernier où il appelle ses partisans à poursuivre le combat. Il y apparaissait pour la première fois depuis cinq ans et avait promis que son organisation "vengerait" la mort des djihadistes tués de l’EI, affirmant que le combat contre l’Occident était "une longue bataille". En septembre, il avait appelé dans un enregistrement audio ses partisans à "sauver" les djihadistes détenus dans les prisons et leurs familles vivant dans des camps de déplacés notamment en Syrie et en Irak.

C’est à Mossoul, en Irak, que le chef de l’EI a fait sa seule apparition publique connue, en juillet 2014, à la mosquée al-Nouri. En turban et habit noirs, barbe grisonnante, il avait alors appelé tous les musulmans à lui prêter allégeance à la tête du "califat" de l’EI autoproclamé sur les vastes territoires conquis en Irak et en Syrie voisine. Ce "califat" a été déclaré éradiqué le 23 mars 2019 par les forces antijihadistes en Syrie, mais le chaos sécuritaire de la région fait craindre une résurgence de l’organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite