TPME : Le projet TAM III, un partenariat “unique” et “fructueux” (GIZ)

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, en partenariat avec le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique et avec d’autres partenaires publics et privés, est chargée de mettre en œuvre, sur la période de septembre 2015 à décembre 2020, la phase III du projet "Programme d’appui aux très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) – Taahil Al Moukawalat" (Projet TAM III).

L’objectif de ce programme étant que les services publics, les services d’accompagnements publics et privés et les services financiers pour les TPE/PME marocains soient améliorés, indique GIZ dans un communiqué. Dans le cadre du projet "amélioration de l’environnement des affaires", le programme TAM III de la GIZ accompagne le Comité national de l’environnement des affaires (CNEA) à déployer sa stratégie afin d’améliorer les indicateurs Doing Business et de renforcer l’attractivité du Maroc pour l’investissement national et international, relève la même source. Pour ce faire, la GIZ a accompagné le CNEA dans la mise en œuvre de plusieurs projets, notamment dans la mise en place de plateformes digitales qui renforcent les efforts du Royaume en termes de digitalisation et développement d’une économie numérique dans le pays ainsi que dans la mise en place de réformes législatives qui ont permis au Maroc d’améliorer son arsenal juridique en faveur de l’entreprenariat et de l’investissement.

En effet, la GIZ collabore avec le CNEA pour améliorer le cadre juridique des affaires, notamment l’insolvabilité des entreprises, ainsi que pour simplifier et dématérialiser les démarches administratives telles que la délivrance d’autorisations de construction, le transfert de propriétés et le paiement d’impôts et de taxes via internet. Cette collaboration vise à promouvoir la transparence pour permettre aux entrepreneurs et créateurs d’entreprises de mieux accéder aux informations et leur faciliter les interactions avec l’administration.

L’apport technique de la GIZ a concerné aussi la mise en place de systèmes de suivi des réformes entamées au Maroc (exemple: Plateforme collaborative, baromètre du climat des affaires etc…) afin d’améliorer l’efficacité et la mesure d’impact de ces réformes.

La progression du Maroc dans le classement Doing Business établit par la Banque Mondiale depuis la signature en 2015 du programme TAM III témoigne de l’efficience des actions communes entreprises par la GIZ et le CNEA dans le cadre de ce partenariat.

L’engagement et la collaboration des partenaires permettra l’atteinte de l’objectif gouvernemental du Maroc et accéder au cercle des 50 premières économies dans le monde en matière d’amélioration de l’environnement des affaires d’ici 2021.

L’un des principaux défis auquel le Maroc se trouve confronté est le taux de chômage élevé, en particulier parmi les jeunes. Les toutes petites, petites et moyennes entreprises (TPE/PME) représentent 98% du secteur privé marocain et réalisent environ 40% du produit intérieur brut (PIB). Toutefois, elles sont encore loin d’avoir épuisé tout leur potentiel de croissance et d’emplois. Les processus de réforme économiques et politiques, la promotion des TPME de créateurs d’entreprises et d’entrepreneurs indépendants ainsi que l’amélioration de l’accès au financement créent les conditions-cadres nécessaires à une croissance durable et inclusive ayant un impact positif sur l’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite