Soleimani: Poutine et Macron inquiets du risque “d’escalade” au Moyen-Orient

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron se sont inquiétés vendredi du risque d’"escalade", et Paris a appelé l’Iran à éviter "une grave crise de prolifération nucléaire", après l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par un raid américain.

"La France appelle chacun à la retenue et l’Iran à éviter toute mesure susceptible d’aggraver l’instabilité régionale, ou de conduire à une grave crise de prolifération nucléaire", a affirmé dans un communiqué le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Auparavant MM. Poutine et Macron s’étaient inquiétés, lors d’un entretien téléphonique, du risque de "sérieusement aggraver la situation" au Proche-Orient et de "nouvelle escalade dangereuse des tensions" après la mort du puissant général iranien à Bagdad.

"Il a été constaté que cette action peut sérieusement aggraver la situation dans la région", a indiqué le Kremlin dans un communiqué, précisant que les présidents russe et français avaient tous deux exprimé leur "préoccupation" après la mort du général iranien.

Emmanuel Macron va rester en "contact étroit" avec son homologue russe sur la situation en Irak, pour "éviter une nouvelle escalade dangereuse des tensions" en appelant "toutes les parties à la retenue", a affirmé dans le même temps l’Elysée.

Au cours de leur entretien, le président français "a souligné la nécessité que les garants de l’accord de 2015 (sur le nucléaire iranien, NDLR) restent étroitement coordonnés pour appeler l’Iran à revenir rapidement au plein respect de ses obligations nucléaires et à s’abstenir de toute provocation".

– "Une brutale escalade" –

M. Le Drian, qui s’est entretenu par téléphone avec le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, "a souligné la préoccupation de la France à l’égard de la montée des tensions ces derniers mois au Moyen-Orient, qui ont connu une brutale escalade en Irak au cours des dernières semaines".

MM. Macron et Le Drian "s’entretiendront dans les prochaines heures avec l’ensemble de leurs partenaires régionaux et internationaux à ce sujet", selon le Quai d’Orsay.

L’Iran et ses alliés ont promis de venger l’assassinat du puissant général Qassem Soleimani, tué vendredi dans une attaque de drone des Etats-Unis à Bagdad, une escalade qui fait craindre un conflit ouvert entre les deux pays ennemis.

Le président français a pour sa part "rappelé l’attachement de la France à la souveraineté et à la sécurité de l’Irak et à la stabilité de la région", selon l’Elysée.

Il "a insisté sur la priorité qui demeure la lutte contre le terrorisme islamiste et réaffirmé son plein engagement dans la coalition internationale contre Daech".

Lors de son entretien avec M. Poutine le président français s’est également inquiété du "risque d’escalade" en Libye "lié au renforcement des interférences militaires étrangères", au lendemain du feu vert donné par le parlement turc à un déploiement de l’armée en Libye.

Le chef de l’Etat français a "clairement condamné les accords récemment signés" par le gouvernement d’union nationale (GNA) "sur les questions maritimes et sécuritaires", en allusion au texte signé fin novembre avec la Turquie pour délimiter les frontières des deux pays, ainsi que "toutes les décisions conduisant à une escalade".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite