Reprise des cérémonies religieuses : la Grande Mosquée de Paris menace de saisir la justice pour “discrimination” 

Alors que le gouvernement français a cédé à la pression de l’église catholique d’avancer au 29 mai, et non le 2 juin pour la reprise des cérémonies religieuses, la Grande Mosquée de Paris fait crie à la “discrimination” et menace de saisir les tribunaux.

Cette décision pénalise les musulmans, qui ne pourront pas fêter l’Aïd le 24 mai, selon la GMP, estimant que l’avancement de la date au 29 mai va permettre aux juifs et aux chrétiens de célébrer la fête de la Pentecôte.

Dans un communiqué, la GMP prévient que si l’assouplissement annoncé par le gouvernement devait avoir lieu, son institution demanderait “instamment  aux pouvoirs publics de fixer la reprise des cérémonies religieuses au 24 mai, “pour tous les lieux de culte sans exclusion”.

“À défaut, la Grande Mosquée de Paris se verra malheureusement dans l’obligation d’user de tous les moyens légaux pour défendre les intérêts moraux des musulmans de France », poursuit le communiqué, évoquant une saisine des juridictions compétentes pour dénoncer « un fait grave de discrimination manifeste ».

Depuis la mi-mars, la grande majorité des mosquées de France sont fermées au public et toutes les prières collectives sont suspendues, y compris celles du vendredi et du tarawih (prière nocturne pendant le Ramadan).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite