Rallye Africa Eco Race: le Polisario gesticule et délire (Bourita)

Les positions affichées par les séparatistes du Polisario concernant le passage du rallye Africa Eco Race à travers le Sahara marocain sont de “simples gesticulations, délires et déclarations pathétiques”, a affirmé, vendredi à Dakhla, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita.

Ces positions reflètent “le niveau auquel se sont abaissées ces personnes”, a-t-il indiqué lors d’un point de presse conjoint avec son homologue guinéen, M. Mamadi Touré, à l’occasion de l’inauguration par la République de Guinée, de son Consulat général à Dakhla.

Pour M. Bourita, le problème auquel fait face le processus politique des Nations Unies sur le différend régional autour du Sahara marocain “réside aujourd’hui dans l’absence d’un partenaire crédible en vue de parvenir à une solution définitive dans le cadre de la souveraineté marocaine”.

Le ministre a également qualifié de “comportements de voyous”, les positions et les comportements affichés par les séparatistes au sujet du Rallye Africa Eco Race, ajoutant que ce n’est pas avec “des voyous” et leurs commanditaires que le Maroc parviendra à une solution à la question du Sahara.

M.Bourita a en outre formulé le vœu que les événements entourant le passage du Rallye Africa Eco Race “servent de leçon” pour les séparatistes, soulignant, à cet égard, que la communauté internationale a besoin de “protagonistes crédibles”.

Les déclarations des séparatistes restent une simple “tempête dans un verre d’eau”, a-t-il tenu à souligner, rappelant, dans ce sens, les positions claires exprimées à ce sujet par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui a exigé le retrait des séparatistes de la zone de Guergarat.

M.Bourita a également rappelé les récentes déclarations du porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, qui a exigé le “maintien de la circulation civile et commerciale régulière” et a appelé à “s’abstenir de toute action susceptible de modifier le statu quo de la zone tampon”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite