Quand un médecin français affirme que cracher pendant ramadan est un “rituel religieux” !

Depuis le début de la pandémie du coronavirus en France, beaucoup de bêtises sont dites. La dernière est celle d’un médecin. Sur CNEWS, le Professeur Pascal Astagneau a osé affirmer sans ciller que “cracher pendant ramadan est un rituel religieux”.

Alors que les invités débattaient sur le plateau de l’émission “Morandini Live” sur CNEWS, ce lundi 11 mai, sur les comportements à bannir pour éviter la propagation du virus dont le crachat,  un médecin a inventé le “crachat religieux” pendant ramadan.

Le Professeur Pascal Astagneau. commence par dire qu’il ne faut pas cracher sur son voisin comme si cracher au visage d’un voisin était un sport national, avant de déraper.

“On évite de cracher mais il y a des histoires liées à des rituels religieux comme ramadan par exemple”, lâche la mine sérieuse le Professeur Pascal Astagneau.

Il est vrai que depuis le début de la pandémie et le confinement, beaucoup de bêtises graves et moins graves ont été dites sur les plateaux des chaînes d’information en continu, connues pour leur intérêt débordant pour l’islam et les musulmans de France.

Et voilà qu’un membre de la communauté scientifique vient remettre le sujet sur le tapis et accuser implicitement les musulmans de présenter un risque de propagation du Covid-19 !

Mais depuis quand le crachat est un rituel religieux pendant le mois de  ramadan ? Atlasinfo a posé la question le plus sérieusement possible à quelques responsables religieux qui, étonnés puis interloqués, ont préféré s’abstenir de répondre au médecin mais rappeler plutôt la parole du prophète Muhammad: “La propreté est une des conditions de la Foi.”

Il est à rappeler aussi que depuis le début de confinement, toutes les moquées de France ont fermées leurs portes jusqu’à nouvel ordre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite