Première réunion lundi à la Wilaya de Rabat, “capitale africaine de la culture”

Après le remplacement de la ville de Marrakech par Rabat au titre de “Capitale africaine de la culture 2020“, une première réunion doit se tenir, le lundi 10 février, à la Wilaya de la capitale autour de cette délocalisation, a appris Atlasinfo.

Outre tous les acteurs concernés, le secrétaire général  de CGLU Afrique (Organisation panafricaine Cités et gouvernements locaux Unis d’Afrique),     

C’est par un post publié sur sa page Facebook le 22 janvier que le président honoraire du comité “Marrakech 2020”, le peintre de renom, Mahi Binebine, avait annoncé cette délocalisation. “J’ai le triste regret de vous annoncer qu’il a été décidé (pour des raisons incompréhensibles) et après plusieurs mois de préparation intense, que la ville ocre se désisterait au profit de Rabat”.

“Ce sont des considérations managériales et techniques qui ont présidé à ce changement”, avait  expliqué le ministre de la culture El Hassan Abyaba, faisant valoir que les infrastructures de Rabat étaient mieux adaptées à “un événement d’une telle envergure et à dimension internationale”.

Rabat s’était positionnée dès 2014 comme une “Rabat Ville Lumière, Capitale Marocaine de la Culture”, avec notamment le musé&e Mohammed VI d’art moderne et contemporain, son grand musée de la photographie inauguré le 14 janvier 2020 et une biennale d’art contemporain qui vient de fermer ses portes et a connu un grand succès avec plus de 140.000 visiteurs en trois mois.

Le Comité d’organisation affilié au CGLU Afrique a reçu lundi une lettre officielle demandant de délocaliser l’événement attribué à Marrakech.

Le maire péjidiste de la municipalité de la ville ocre, empêtré dans une affaire de dilapidation de fonds publics, a également annoncé au comité son désistement au profit de Rabat.

Fin janvier, Larbi Belkaid et son premier adjoint, Younes Benslimane, ont été déférés devant le juge d’instruction par le procureur général près la Cour d’appel.

La décision a fait suite aux résultats de l’enquête, conduite par la Brigade nationale de la police judiciaire de Casablanca, suite aux plaintes reçues en relation avec les anomalies constatées lors des passations des marchés de la Cop 22.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite