Ouverture à N’Djamena des travaux du Sommet extraordinaire de la CEN-SAD

Les travaux d’une session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) se sont ouverts, samedi à N’Djamena, avec la participation du Maroc.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saâd Dine El Otmani, représente le Maroc aux travaux de ce Sommet qui examinera des questions relatives à la relance de la CEN-SAD et la dynamisation de ses activités.

Il se penchera aussi sur l’examen des questions de sécurité et de développement dans l’espace Sahélo-Saharien, pour convenir des mesures susceptibles de garantir une paix et une stabilité durable dans le Sahel et le Sahara.

Lors du Sommet de N’Djamena, le premier qui se tient après la crise libyenne et dans le contexte de la situation conflictuelle au Mali, les chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté procèderont à l’adoption du statut révisé de la CEN-SAD, à l’effet d’apporter une meilleure réponse aux préoccupations des pays du Sahel et du Sahara.

Les participants auront aussi à adopter une résolution sur la situation au Mali et une Déclaration sur la paix, la sécurité, la stabilité et le développement dans l’espace sahélo-saharien.

Ils examineront par ailleurs les rapports des sessions extraordinaires du Conseil exécutif tenues à Rabat, en juin dernier, et à N’Djamena, du 13 au 15 février. Ces rapports seront présentés par les ministres marocain et tchadien des Affaires étrangères.

Les intenses discussions engagées à Rabat entre les différents pays membres de la CEN-SAD, à l’occasion de la session ordinaire du Conseil, rappelle-t-on, avaient abouti à une refondation de la communauté sahélo-saharienne avec l’adoption d’un projet de traité révisé. Ce nouveau texte constitue un progrès devant consacrer un nouvel élan dans l’évolution de l’Organisation.

Les Etats membres de la CEN-SAD sont engagés depuis la réunion de Rabat dans un processus de refondation et de redynamisation de l’organisation, pour un nouveau départ susceptible de permettre l’émergence d’un instrument régional puissant de lutte contre les phénomènes de terrorisme et du crime organisé, de trafic illicite de drogue et des armes .

Créée en avril 1998 à Tripoli, dans l’optique d’une union économique dans la sous-région, la communauté des Etats sahélo-sahariens regroupe à ce jour 28 Etats de la zone du Sahel et du Sahara.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite