“On ne trie pas les réfugiés en fonction de la religion” (Manuel Valls)

Le Premier ministre français Manuel Valls a défendu mardi soir le caractère “universel” du droit d’asile qui exclut de trier les réfugiés “en fonction de la religion”, en réponse aux souhaits de deux maires de n’accueillir que des exilés “chrétiens”.

Le Premier ministre français Manuel Valls a défendu mardi soir le caractère "universel" du droit d’asile qui exclut de trier les réfugiés "en fonction de la religion", en réponse aux souhaits de deux maires de n’accueillir que des exilés "chrétiens".

Il faut accueillir les réfugiés "avec des règles bien sûr, une organisation sérieuse", a déclaré le chef du gouvernement lors de ses voeux à quelques jours du nouvel an juif, à la synagogue Nazareth à Paris.

Mais "on ne trie pas en fonction de la religion", a-t-il ajouté. "Le droit d’asile, c’est un droit universel", a-t-il souligné.

Face à l’afflux d’exilés en Europe, le président socialiste François Hollande s’est déclaré prêt à accueillir 24.000 réfugiés dans les deux années à venir. Mais deux maires appartenant à l’opposition de droite, ceux de Roanne (centre-est) et de Belfort (est), ont dit ne vouloir recevoir que des "chrétiens", l’un d’eux invoquant le risque "terroriste".

Leurs propos avaient déjà été vivement condamnés par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et les responsables de l’Eglise catholique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite