Mis en examen pour avoir demandé une “inflation” à Rachida Dati

On ne badine pas avec les élus de la République ! Un habitant de la Drôme a été mis en garde à vue, déféré devant le parquet puis placé sous contrôle judiciaire pour avoir envoyé un e-mail à Rachida Dati lui demandant une "inflation". Une mauvaise blague, faisant référence au lapsus de l’élue européenne qui avait parlé de "fellation" à la place d’"inflation" sur le plateau de dimanche +, le 26 septembre dernier sur Canal+.

L’homme "a été arrêté au saut du lit par les hommes de la section valentinoise de la police judiciaire de Lyon : "Son appartement a été perquisitionné, son ordinateur saisi et il a été placé en garde à vue", raconte le Dauphiné Libéré qui a révélé l’affaire.

Âgé d’une quarantaine d’année, l’homme "a l’interdiction d’entrer en contact avec la victime et comparaîtra le 3 décembre pour outrage à personne chargée d’une fonction publique", écrit le Dauphiné. Le procureur de la République de Valence, cité par le quotidien régional, estime que tout cela est normal : "L’outrage est caractérisé dès lors qu’une expression est de nature à rabaisser la considération réservée à une personne publique. En l’espèce, c’est Mme Dati en tant que députée européenne, qui est visée à travers sa messagerie." L’avocat de la défense estime au contraire qu’il s’agissait d’un message privé adressé à la personne et non pas à l’élue…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite