Michèle Rubirola, première femme maire de Marseille, annonce sa démission

La première femme maire de Marseille, Michèle Rubirola, a annoncé mardi avoir présenté sa démission en raison des épreuves de santé auxquelles elle fait face et a souhaité que son premier adjoint socialiste Benoît Payan lui succède.

“J’ai connu dès l’été les premières difficultés liées à ma santé. (…) Ces épreuves (de santé) limitent l’énergie que je peux mobiliser. Etre maire de Marseile c’est 300% de son temps”, a déclaré Mme Rubirola dans une allocution depuis l’hôtel de ville de Marseille.

Moins de six mois après avoir été élue à la tête d’une union de la gauche baptisée “Printemps marseillais” qui avait mis fin à 25 ans de règne de la droite et de l’ex-maire Jean-Claude Gaudin, cette médecin de profession de 64 ans, préfère céder la place.

“J’ai toujours parlé de collectif et celui ou celle qui le mène doit être celui qui correspond le mieux au moment”, a-t-elle insisté en proposant Benoît Payan comme successeur.

“Nous formons un binôme et je souhaite que notre binôme continue mais s’inverse et que Benoit devienne maire. C’est de son énergie et son expérience  dont Marseille a besoin aujourd’hui”, a-t-elle insisté.

“Il y a en médecine les spécialistes du temps long et les urgentistes. Je suis de la première catégorie. Et c’est de la seconde dont nous avons besoin à Marseille”, a-t-elle poursuivi soulignant les défis immenses dans une des villes les plus pauvres de France où se conjuguent crise sanitaire, crise sociale et financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite