Mali: deux otages italiens libérés avec Sophie Pétronin et Soumaïla Cissé

Deux otages italiens, dont un prêtre enlevé au Niger en 2018, font partie des quatre otages libérés au Mali, a annoncé jeudi le gouvernement malien dans un communiqué.

Outre l’homme politique malien Soumaïla Cissé et la dernière otage française encore détenue dans le monde, Sophie Pétronin, les Italiens Nicola Chiacchio et le père Pier Luigi Maccalli, aux mains de groupes jihadistes, ont été libérés, selon ce communiqué.

La libération, annoncée jeudi, a eu lieu mardi, dit le gouvernement.

“La libération de ces personnalités enlevées par les filiales du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) a été obtenue grâce aux efforts conjugués” notamment des services de renseignements, des forces armées et des “partenaires du Mali”, affirme le gouvernement.

Il faisait référence au GSIM, principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda et dirigée par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly.

Quelques mois après sa création en mars 2017, cette alliance avait diffusé la première vidéo de Sophie Pétronin, enlevée le 24 décembre 2016 à Gao dans le nord du Mali, la montrant avec cinq autres étrangers enlevés au Mali et au Burkina Faso depuis 2011.

Le prêtre italien Pier Luigi Maccalli, installé depuis onze ans au Niger, a été enlevé le 17 septembre 2018 par des hommes armés à son domicile de Bamoanga (sud-ouest du Niger), proche de la frontière avec le Burkina Faso.

Seule preuve de vie depuis son rapt, il est apparu pour la première fois dans une vidéo tournée en mars 2020, en compagnie d’un jeune compatriote, Nicola Chiacchio, a indiqué en avril un journal privé nigérien. Nicola Chiacchio, jusqu’alors inconnu, a par la suite été présenté par les médias italiens comme un touriste en voyage dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite