Libye: Ankara appelle à cesser “immédiatement” tout soutien à Haftar

La Turquie a appelé lundi à “immédiatement” mettre fin au soutien aux forces du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est libyen, à l’issue d’une réunion avec des ministres du gouvernement de Tripoli et de Malte à Ankara.

“Il est indispensable d’interrompre immédiatement toute sorte d’aide et de soutien au putschiste Haftar qui empêche l’instauration de la paix, du calme, de la sécurité et de l’intégrité territoriale de Libye”, a déclaré le ministre turc de la Défense Hulusi Akar.

“Nous savons que le plus grand obstacle pour atteindre cet objectif est le putschiste Haftar”, a-t-il poursuivi après s’être entretenu à Ankara avec le ministre de l’Intérieur du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) Fathi Bachagha et le ministre de l’Intérieur et de la sécurité nationale de Malte Byron Camilleri.

Le ministre turc a également indiqué qu’Ankara allait poursuivre sa collaboration avec le GNA en matière “d’entraînement, de coopération et de conseil militaire”.

Les déclarations du ministre turc interviennent alors que la situation est de plus en plus tendue en Libye, où l’Egypte menace notamment d’intervenir militairement si le GNA avance vers la ville stratégique de Syrte.

La Libye, qui dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d’Afrique, est déchirée par un conflit entre deux pouvoirs rivaux : le GNA, reconnu par l’ONU et dont le siège est à Tripoli, et le maréchal Haftar, qui règne sur l’est et une partie du sud du pays.

Le premier est soutenu par la Turquie, qui a déployé des militaires sur place, et le deuxième par l’Egypte voisine, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Russie.

L’intervention militaire turque a été décisive pour le GNA qui a pu ainsi repousser l’offensive du maréchal déclenchée en avril 2019 contre Tripoli et reprendre le contrôle de l’ensemble du nord-ouest du territoire libyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite