L’hôtel Ritz de Londres vendu à un investisseur qatari

Le Ritz de Londres, célèbre hôtel de luxe, a été vendu à un investisseur du Qatar par les richissimes frères Barclay qui se déchirent autour de cette cession dont le montant est proche de 800 millions de livres (900 millions d’euros).

La vente a été annoncée par le cabinet d’avocats britannique Macfarlanes qui a conseillé l’investisseur qatari, dont le nom n’a pas été révélé.

“C’est un privilège de devenir le nouveau propriétaire de l’emblématique hôtel Ritz et d’avoir l’occasion de perpétuer son style et ses traditions”, a déclaré un porte-parole du mystérieux acquéreur, dans un message relayé par Macfarlanes vendredi.

Le Ritz, situé sur Piccadilly au coeur de Londres, est l’un des palaces les plus prestigieux de la capitale britannique.

Il compte 130 chambres, allant de 650 livres la nuit à plus de 6.000 livres pour la plus grande suite.

Le porte-parole explique que la priorité est d’aider le personnel, fort de 450 employés, de cet hôtel fondé en 1906 et de rouvrir les portes de l’établissement le plus vite possible une fois la pandémie de coronavirus terminée.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé mais il se situe entre 700 et 800 millions de livres selon la presse britannique.

Cela faisait plusieurs mois que la famille britannique Barclay cherchait à vendre l’hôtel qu’elle avait acquis en 1995 pour 75 millions de livres.

Le Ritz était le joyau de leur empire estimé jusqu’alors à huit milliards de ivres et qui compte notamment le quotidien conservateur le Daily Telegraph, proche du Premier ministre Boris Johnson.

La cession de l’hôtel a mis en lumière la mésentente des deux frères jumeaux David et Frederick, qui n’étaient pas d’accord sur le prix de vente, selon la presse britannique.

“Nous sommes surpris et perturbés par l’annonce selon laquelle l’hôtel Ritz a été soit disant vendu”, a déclaré Frederick Barclay, dans une déclaration obtenue par Bloomberg.

“Nous n’avons été ni consultés, ni n’avons approuvé cette vente”, a-t-il ajouté.

Il avait déjà prévenu avant la vente être prêt à lancer une action en justice en cas de prix de cession trop bas, et avait assuré avoir reçu des offres dépassant le milliard de livres.

La famille Barclay s’est trouvée récemment en pleine tourmente autour d’une affaire d’écoutes illicites sur fond de conflit dans la manière de gérer leurs affaires.

Frederick Barclay avait affirmé devant la justice que son neveu l’avait secrètement enregistré pendant plusieurs mois. L’homme d’affaires de 85 ans et sa fille ont engagé à cet égard des poursuites à l’encontre des trois fils de son frère et du fils de l’un d’eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite