Les ministres africains chargés du transport appellent à Marrakech à l’augmentation des budgets alloués à la sécurité routière dans le continent

Les ministres africains chargés du transport réunis lors d’une session ministérielle sous le thème “Management stratégique et institutionnel de la sécurité routière en Afrique : Quel bilan ?” dans le cadre du 1er Forum africain de la Sécurité routière, ont appelé mardi, à Marrakech, à l’augmentation des budgets alloués à la sécurité routière.

Ces ministres, qui présentaient les stratégies nationales de leurs pays au niveau de la sécurité routière, ont noté que la plupart des pays africains manquent de ressources financières suffisantes pour la mise en œuvre de leurs stratégies nationales de sécurité routière.

Mais les ressources financières ne constituent pas le seul obstacle devant la mise en œuvre de leurs stratégies nationales. Il s’agit aussi d’un problème de gouvernance au niveau de cette question vitale pour le développement socio-économique du continent, ont-ils été unanimes à souligner, ajoutant que la sécurité routière est aussi tributaire d’une grande coordination entre les différents intervenants concernés.

Par ailleurs, les ministres ont noté une forte volonté des Etats du continent pour changer la situation actuelle et la réduction du nombre d’accidents et l’accroissement de la sécurité routière ainsi qu’une prise de conscience générale que les accidents de la route représentent un vrai obstacle pour le développement socio-économique des pays africains.

Ils ont également fait remarquer que les Etats africains font face à des défis identiques dans le domaine de la sécurité routière (état vétuste des véhicules, routes délabrées et étroites, problèmes de prise en charge de la sécurité routière, problèmes de la fluidité de la circulation), d’où la nécessité de favoriser la coopération entre les pays africains pour réduire les fatalités sur les routes du continent.

Les ministres ont plaidé aussi pour la réforme des lois mais surtout veiller à les appliquer et au renforcement des infrastructures routières.

Il s’agit aussi "de mesurer et d’étudier ce fléau, ses causes et ses conséquences pour comprendre et de comprendre pour agir".

Placé sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI et organisé sous le thème "Sécurité routière en Afrique, facteur de développement durable", le 1er Forum africain de la Sécurité routière connait la participation d’un parterre de ministres, de hauts responsables, de représentants d’institutions continentales et internationales, d’organismes gouvernementaux et de la société civile, outre des experts et des acteurs concernés, venus de 70 pays, dont 45 du Continent africain.

Cette rencontre de trois jours, à laquelle prennent part environ 600 participants venus d’Afrique et d’ailleurs, vise à capitaliser sur les acquis des uns et des autres en la matière pour que les similitudes socio-économiques et culturelles entre pays africains soient des atouts et des facteurs clés de succès, à créer un cadre africain de réflexion sur la sécurité routière, à promouvoir la prise en charge de la sécurité routière en Afrique pour atteindre les objectifs de la décennie d’action 2011-2020 et à réunir les institutions et organismes gouvernementaux, les experts, les acteurs économiques, les entreprises publiques et privées, et les ONG du continent africain œuvrant pour la sécurité routière.

Ce Forum, le premier du genre en Afrique, a également pour objectifs de promouvoir la coopération entre les Etats africains dans le domaine de la sécurité routière, développer les échanges et les relations entre les opérateurs économiques du Continent en la matière, inciter aux investissements dans les différents secteurs liés à la sécurité routière, favoriser l’intégration des nouvelles technologies dans la gestion et le management dans ce domaine, mutualiser et capitaliser sur les expériences des ONG pour servir de relais pour l’ancrage des valeurs dans les sociétés en Afrique et d’examiner les mécanismes de création et de mise en œuvre d’un Observatoire africain de sécurité routière.

"Le management stratégique et institutionnel de la sécurité routière", "le financement des programmes", "le pilotage des stratégies", "l’intégration de nouvelles technologies", "le renforcement des capacités", "l’intégration de la sécurité routière dans le management des entreprises", "les études et recherches", ainsi que "l’ouverture sur les composantes de la société civile", sont les principaux axes qui seront abordés lors de ce Forum.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite