Les frappes militaires contre le régime libyen “auront lieu rapidement” (Baroin)

Les frappes militaires contre le régime libyen “auront lieu rapidement” avec la participation de l’armée française, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement français, François Baroin, au lendemain du vote au Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution autorisant cette intervention.

Cette résolution, qui intervient à l’initiative du Liban au nom de la Ligue arabe, de la France et de la Grande-Bretagne, "autorise tous les moyens pour protéger les civils libyens", ouvrant la voie à des frappes aériennes.

Le vote de ce texte est "une étape très importante dans cette gestion de la guerre en Libye, du massacre par Kadhafi de son peuple", a souligné M. Baroin sur les ondes de la radio RTL, en se félicitant du rôle "puissant" de la France qui a oeuvré pour son adoption.

A New York, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, avait souligné, quelques heures avant le vote, que le texte une fois adopté "doit être mis en oeuvre rapidement", étant donné "l’urgence" sur le terrain, tout en n’écartant pas l’éventualité de "frappes aériennes".

M. Baroin a tenu à préciser qu’il ne s’agit pas d’"une occupation du territoire libyen", mais d’"un dispositif de nature militaire pour protéger le peuple libyen et lui permettre d’aller jusqu’au bout de son souffle de liberté et donc de la chute du régime Kadhafi".

Le texte, qui ambitionne de renforcer la batterie de sanctions à l’encontre du régime de Kadhafi, prévoit en outre une "zone d’exclusion aérienne", un "renforcement des sanctions économiques et individuelles" et enfin un appel au "cessez-le-feu immédiat".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite