Les confidences de l’ex-épouse du leader de Daech

Saja al-Doulaimi s’est mariée en 2008 avec un universitaire qui deviendra Abou Bakr al-Baghdadi. Elle raconte pour la première fois son histoire.

C’est au Liban qu’elle a accepté de se confier au quotidien suédois Expressen. Saja al-Doulaimi a épousé en 2008 celui qui deviendra Abou Bakr al-Baghdadi, leader de Daech. À l’époque, un simple universitaire. « J’ai épousé une personne normale », confie-t-elle. Deux ans plus tard, il prend la tête de l’organisation terroriste.

Comme le souligne BFM TV, l’homme avait accepté d’épouser cette veuve car, selon certaines communautés musulmanes, cela représente une bonne action qui lui vaudra une récompense dans l’au-delà. Saja al-Doulaimi explique qu’au départ, l’homme était un bon père pour ses enfants, une « idole » auprès d’eux. Mais après seulement trois mois passés avec lui, elle fuit, enceinte. L’homme était strict avec les femmes. « Je n’étais pas heureuse », explique-t-elle, révélant qu’il ne faisait que donner des ordres.


Arrêtée au Liban

Quelques années plus tard, elle est arrêtée au Liban. Les autorités recherchent son ancien compagnon. « Ils m’ont montré des photos de mon ex-mari et m’ont demandé si je le reconnaissais. Ça a été un choc de découvrir, sept ans plus tard, que j’avais été mariée à l’homme le plus dangereux du monde. J’ai explosé une fenêtre de rage », explique-t-elle. Elle fut libérée un an plus tard avec ses enfants.

Saja al-Doulaimi vit aujourd’hui à Beyrouth. Remariée, elle est mère de quatre enfants et dit condamner les exactions de ce « leader terroriste ». Elle affirme ne pas avoir parlé à Abou Bakr al-Baghdadi depuis 2009. Concernant ses crimes, la jeune femme s’en détache complètement : « Où est ma culpabilité ? J’ai été mariée avec lui en 2008. Maintenant nous sommes divorcés. C’est moi qui l’ai quitté. J’ai vécu beaucoup de choses et j’ai été enfermée en prison. Si j’avais voulu être avec Al-Baghdadi, j’aurais vécu comme une princesse. Je ne veux pas de l’argent. Je veux la liberté », conclut-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite