Leila Aichi se désolidarise de ses propos sur le Sahara

Dans un communiqué rendu public ce mardi 16 mai 2017, la sénatrice de Paris Leila Aichi, investie par “La République en marche” à la demande du MoDem à la 9e circonscription des Français de l’étranger, a nié son activisme pro-Polisario et s’est déscolarisée de ses propos dans lesquels elle parlait de “l’occupation marocaine” du Sahara, et dénonçait “l’alignement de la France” sur le Maroc.

Après le tollé suscité par sa candidature dans cette circonscription qui englobe 16 pays de l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb, Leila Aichi qualifie d’"accusations infondées" son penchant prononcé pour le Polisario. Le but étant d’"entacher mon intégrité et mon indépendance".

Leila Aïchi nie aussi avoir tenu des «paroles déplacées à l’encontre du Maroc, de son peuple et de la personne du roi», ajoutant qu’"en tant qu’«élue de la République, je n’ai aucune relation d’assujettissement envers une puissance ou des intérêts étrangers".

Ce rétropédalage serait dicté par la conjoncture électorale. Les législatives prochaines sont prévues les 11 et 18 juin. Le Maroc compte un tiers des votants inscrits sur les registres consulaires de la 9e circonscription.

Les comités de "La République En Marche" Maroc, Sénégal, Côte d’Ivoire et Tunisie, ont décidé de ne pas faire la campagne de la candidate LRM pour son activisme pro-Polisario, indique un communiqué publié samedi 13 mai.

Une pétition a été également mise en ligne le 12 mai pour dénoncer cette provocation et exiger le retrait de la candidature de Leila Aichi pour la 9e circonscription des Français de l’étranger, l’une des plus importantes circonscriptions avec près de 170 000 Français inscrits sur les registres consulaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite