Le premier ministre algérien Sella réduit le conflit avec le Maroc à une simple “divergence de vision”

L’Algérie est prête à « régler ses différends d’une manière pacifique » avec le Maroc. C’est la déclaration quelque peu étonnante du premier ministre algérien Abdelmalek Sellal au quotidien saoudien Asharq al-Awsat.

« Le Maroc est un pays voisin et frère. Nous avons quelques désaccords en suspens. Il y a une divergence de vision. Nous préférons en Algérie une approche globale et un dialogue direct pour régler toutes les questions, d’autant qu’il s’agit de dossiers précis et notre pays est prêt à les régler d’une façon sérieuse et pacifique », a avancé sans ciller Sellal, qui effectuera une visite officielle en Arabie saoudite du 15 au 16 novembre.

Le premier ministre a estimé que la décision de l’Algérie de fermer des frontières terrestres n’a été prise qu’en réponse à la « décision unilatérale » du Maroc d’imposer un visa aux Algériens.

Sur la question du Sahara marocain, dont le pays soutient et arme les séparatistes du Polisario , Sellal joue l’ingénu, avançant qu’Alger ne fait que soutenir le processus de négociation entre Le Maroc et le Polisario et « espère une fin rapide des négociations et une solution finale et juste à ce conflit ».

Le premier ministre algérien est en mission de rabibochage en Arabie saoudite, un allié stratégique déclaré du Royaume. Espère-t-il avoir plus de chance que l’émissaire du président Abdelaziz Bouteflika que ce dernier a envoyé au roi Salman pour dissuader les Saoudiens d’investir dans le Sahara marocain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite