Le Polisario … pourquoi faire ?

Au regard des évolutions internationales que connaît le dossier du Sahara et de la situation politique au Maghreb, une certaine interrogation gagne beaucoup en pertinence : À quoi sert le Polisario dans une équation politique où l’indépendance de ce territoire est totalement exclue ? Quelle est l’utilité de la carte du Polisario dans un univers où le plafond des solutions proposée ne dépassera pas l’autonomie dans le cadre d’une régionalisation marocaine avancée ?

Pour le voisin algérien, le Polisario est une précieuse flèche dans son arsenal de compétition à l’égard du Maroc. Si précieuse qu’il en a fait une cause sur laquelle son institution militaire déverse chaque année des dollars par millions pourvu qu’elle conserve sa capacité de nuisance.

Si précieuse que le régime algérien préfère passer par pertes et fracas les essentiels besoins de sa population, santé, éducation, logement plutôt que de priver le Polisario de son aide et de son parrainage.

Si précieuse enfin qu’il la considère dans les faits comme l’unique dossier de son appareil diplomatique à travers le monde, dédié corps et âme à faire lustrer l’image des milices séparatistes du Polisario au lieu de défendre dans les grands forums les intérêts des citoyens Algériens.

Pour tenter de convaincre son opinion de plus en plus réticentes, le régime algérien lève l’étendard du principe de l’autodétermination. Son opposition ainsi que le bon sens de sa population lui répond : Pourquoi ce régime est-il si attaché à ce principe alors qu’il le dénie ouvertement et quotidiennement au peuple algérien qui proteste dans la rue pour exiger des conditions de vie décente et à la Kabylie qui crie avec souffrance et frustration son identité et son particularisme ?

Le Polisario n’est ni plus ni moins qu’un instrument militaire à travers lequel le régime algérien aspire à projeter sa puissance régionale. Dans la doctrine des généraux algériens, une Algérie puissante et conquérante ne peux exister que face à un Maroc affaibli. Dans l’idéologie militarisée de ce régime, les rêves de puissance et de domination ont été nourris par une ivresse gazière et pétrolière qui lui procurait dans le passé les capacités sonnantes et trébuchantes d’acheter les consciences et les réseaux.

Ce logiciel de gouvernance est toujours à l’œuvre à Alger alors que les Marocains, forts de leurs droits historiques, de leur incontestable unité, de leurs leadership régional, ont réussi des percées diplomatiques qui l’ont spectaculairement rendu caduc.

Il est compréhensible que le régime actuel algérien, qui a bâti toutes sa stratégie sur le soutien inconditionnel du Polisario, ne peut pas faire marche arrière aussi brusquement. Non pas qu’il considère que l’aventure politique et militaire dans laquelle il avait engagé la région pourrait un jour être couronnée de succès selon ses propres critères, mais parce qu’un changement de politique est une stratégie coûteuse qui nécessite un reniement public de tout sur quoi était basée la diabolisation du voisin marocain.

La carte du Polisario ne sert pas uniquement les obsessions politiques internes algériennes, elle assouvie aussi les aspirations de blocage de tous ceux qui luttent ouvertement contre l’idée même de la construction du Grand Maghreb. Maintenir vivace un foyer de tensions dans cette région est la meilleure garantie que le rêve unitaire ne verra pas le jour de sitôt. C’est dans ce contexte qu’il faut inscrire l’hésitation de certains à sauter le pas de la reconnaissance totale de la souveraineté marocaine sur son Sahara et à l’enterrement définitive de ce dossier.

Et c’est dans ce contexte aussi qu’il faut placer la sortie de l’ancien Premier ministre français Manuel Valls et son analyse de la situation : « Ce conflit  provient d’un monde qui n’existe plus, le monde des blocs, les vestiges de Yalta et ses conséquences sur un continent comme l’Afrique, tout cela est désuet et la fiction entretenue sur l’indépendance du Sahara subsiste encore dans certaines sphères politiques espagnoles ».

Cette invitation lancée aux Européens, Français et Espagnoles à sortir de la zone grise et à soutenir publiquement la marocanité du Sahara, devient de plus en plus persistante et difficile à ignorer de la part des grands centres de décisions en Europe.

Le Polisario sert aujourd’hui uniquement à prolonger une situation de crise et de tensions dans une région où les risques de déstabilisation à cause d’autres organisations armées comme Daesh et Al Qaida est pesant.

Aujourd’hui plus que jamais la communauté internationale est invitée à mettre fin à ce cauchemar sécuritaire et à investir dans la paix et la stabilité régionale. L’entretien téléphonique entre le Secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken et son homologue marocain Nasser Bourita ont consacré ce choix lorsqu’ils ont discuté  « des possibilités d’accroître la coopération en Afrique pour promouvoir la prospérité et la stabilité économiques ».

Et même si le compte rendu de l’entretien ne l’évoque pas, des sources américaines très bien informées assurent que les Etats-Unis “ne vont pas revenir” sur la Proclamation confirmant la marocanité du Sahara.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite