Le chef du Pentagone se rend au Maghreb pour évoquer la coopération antijihadiste

Le chef du Pentagone Mark Esper se rend cette semaine au Maroc, Algérie et Tunisie pour réaffirmer l’engagement des Etats-Unis dans la région et renforcer la coopération avec l’Algérie, où il sera le premier ministre américain de la Défense à se rendre depuis près de 15 ans.

M. Esper, dont c’est le premier voyage sur le continent africain, se rend mercredi en Tunisie pour des entretiens bilatéraux avec le président Kais Saied et le ministre tunisien de la Défense Ibrahim Bartagi, avant un discours au cimetière militaire américain de Carthage, où sont enterrés les soldats américains tombés en Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’objectif est de renforcer les liens avec cet allié “majeur” dans la région et d’évoquer les menaces que représentent pour le pays les organisations extrémistes comme le groupe Etat islamique (EI) ou al-Qaïda ainsi que “l’instabilité régionale exacerbée par les activités pernicieuses de la Chine et la Russie sur le continent” africain, a indiqué un haut responsable militaire américain.

Mark Esper est ensuite attendu jeudi à Alger pour des entretiens avec le président Abdelmadjid Tebboune, qui cumule les fonctions de chef des armées et ministre de la Défense. M. Esper entend “approfondir la coopération avec l’Algérie sur des questions clés de sécurité régionale, comme la menace posée par les groupes extrémistes”, a précisé la même source.

Les responsables militaires américains se rendent fréquemment en Tunisie et au Maroc, où la coopération de défense avec les Etats-Unis est bien rodée, mais M. Esper sera le premier ministre américain de la Défense à se rendre en Algérie depuis Donald Rumsfeld en février 2006.

Le ministre américain achèvera sa tournée vendredi à Rabat, pour “renforcer les relations déjà étroites” dans le domaine de la sécurité avec le Maroc qui accueille chaque année l’exercice militaire African Lion sous la houlette du commandement militaire américain pour l’Afrique (Africom). L’exercice a été annulé cette année à cause de la pandémie de Covid-19.

Le haut responsable militaire n’a pas précisé si M. Esper serait reçu par le roi Mohammed VI.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite