Le CESE accorde une attention particulière au “caractère inclusif” de la transition énergétique au Maroc (rapport)

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a accordé, dans son rapport annuel au titre de 2016, une attention particulière au “caractère inclusif” de la transition énergétique au Maroc.

Le caractère inclusif de la transition énergétique suppose de "veiller à ce que les nouvelles énergies développées puissent permettre un accès à l’énergie à un coût abordable pour toutes les catégories sociales et de s’assurer que les zones les plus éloignées, notamment rurales, puissent bénéficier d’un service en adaptation continue par rapport à l’évolution de leurs besoins", insiste le rapport rendu public mardi.

En effet, l’urbanisation croissante, le processus d’industrialisation du pays et le développement des transports continueront à renforcer la demande énergétique du pays, souligne le CESE, faisant observer que les derniers chiffres disponibles indiquent que la consommation d’électricité par habitant a augmenté à un rythme annuel moyen de près de 6%, entre 1999 et 2015.

Le Conseil rappelle à cet égard les avancées réalisées au niveau de la transition énergétique et qui ont permis de produire de l’électricité à des coûts compétitifs, notamment le projet de "Noor Ouarzazate" qui utilise la technologie thermo-solaire (CSP), au prix de 1,62 Dh le Kwh, les projets solaires utilisant la technologie photovoltaïque, dont le prix est de 0,44 Dh/Kwh pour le projet "Noor Laâyoune" et de 0,64 Dh/Kwh pour le projet de "Noor Boujdour", atteignant des niveaux de coûts comparables à la production d’électricité à partir d’une centrale à charbon.

En termes de classements internationaux, le rapport note que le Maroc s’est positionné 80è sur 125 pays selon l’indice "World Energy Trilemma 2016" qui évalue les politiques énergétiques des pays, en se basant sur trois critères, à savoir la sécurité énergétique, l’équité, qui porte sur l’accès de la population à l’énergie et à des tarifs abordables et la durabilité, qui correspond au respect de l’environnement.

Dans le domaine de l’équité énergétique, le Maroc enregistre de meilleures performances par rapport aux deux autres critères, en se positionnant à la 59è position, en régression, toutefois, de deux places par rapport à 2015, détaille le rapport.

En dépit de l’accélération du rythme de la transition énergétique vers une économie sobre en carbone au cours de ces dernières années, le Conseil souligne que les résultats dépendront également du degré d’implication de toute la société, ce qui exige un certain temps d’adaptation et des canaux de communication efficaces, en plus d’une mobilisation continue de tous les acteurs concernés.

Le rapport du CESE comporte l’analyse de la situation économique, sociale et environnementale du Royaume durant l’année écoulée et procède à une revue de l’activité du Conseil au cours de l’exercice actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite