Le CDH adopte une résolution sur l’assistance technique à la Libye présentée par le Maroc

Le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies (CDH) a adopté, vendredi, un projet de résolution sur “l’assistance technique à la Libye en matière des droits de l’Homme”, présenté par le Maroc et appuyé par 98 délégations.

Ce texte, qui a été soumis au conseil au nom du Maroc et de la Libye, vise à répondre aux besoins de ce pays maghrébin en matière d’assistance technique et de renforcement des capacités.

S’exprimant devant le CDH, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU à Genève, M. Omar Hilale, a souligné que ce projet de résolution intervient dans un moment crucial où la Libye a réalisé des avancées notables pour la promotion des droits de l’Homme, comme l’atteste le rapport de la Haut-commissaire aux droits de l’Homme.

En même temps, a-t-il ajouté, la Libye fait face à d’importants défis sécuritaires, de stabilisation du pays et de faiblesse des Institutions de l’Etat.

L’ambassadeur a relevé que la communauté internationale, en particulier le CDH, devrait continuer à accompagner la Libye dans ses efforts en vue de la consolidation de la démocratie et des structures indispensables pour un Etat de droit respectueux des droits de l’Homme.

Cette résolution, a-t-il expliqué, demande au Haut-commissariat aux droits de l’Homme d’établir un rapport écrit au conseil des Droits de l’Homme pour la session de mars 2014 relatif aux besoins de la Libye en matière d’assistance technique et de renforcement des capacités.

Par la même occasion, l’ambassadeur représentant permanent de la Libye a remercié le Maroc pour sa solidarité et l’appui qu’il apporte à son pays, saluant les efforts déployés par la délégation marocaine en vue de faire aboutir le projet de résolution sur l’assistance technique à la Libye.

Il s’est félicité de l’adoption du texte de la résolution, affirmant qu’il identifie les besoins de la Libye dans le domaine des droits humains et souligne son engagement en faveur de la démocratie, de la suprématie de la loi, des libertés publiques et de la réconciliation nationale.

L’expérience a montré que tout effort d’amélioration de la situation des droits de l’Homme exige une action parallèle visant à relever les défis posés dans les domaines sécuritaire, institutionnel et du développement.

En substance, la résolution adoptée invite le gouvernement libyen à prendre des mesures pour garantir la liberté d’association et de réunion et d’adopter une loi relative aux associations de la société civile en conformité avec les standards internationaux en la matière.

Elle appelle la communauté internationale à apporter le soutien nécessaire aux efforts de la Libye pour assurer la protection des droits humains des migrants, des réfugiés et des déplacés internes. Le texte accueille favorablement les efforts déployés par le gouvernement de Tripoli en vue de stabiliser la situation sécuritaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite