Lafarge en Syrie : première mise en examen pour “financement d’une entreprise terroriste”

L’enquête sur les activités du cimentier Lafarge en Syrie, soupçonné d’avoir indirectement financé le groupe Etat islamique, a pris une nouvelle tournure vendredi: un cadre a été inculpé à Paris tandis que deux autres, toujours devant les juges, risquaient de l’être à leur tour.

Un premier cadre du cimentier Lafarge, soupçonné d’avoir indirectement financé des organisations djihadistes, dont le groupe État islamique, pour se maintenir en Syrie malgré la guerre, a été mis en examen vendredi, a indiqué son avocat.

Frédéric Jolibois, directeur de la cimenterie de Lafarge en Syrie à partir de l’été 2014, a été mis en examen pour "financement d’une entreprise terroriste", "violation du règlement européen" concernant l’embargo sur le pétrole syrien et "mise en danger de la vie d’autrui", a précisé Jean Reinhart.

Deux autres cadres du groupe ont été présentés vendredi aux juges d’instruction en vue d’une éventuelle mise en examen. Après 48 heures de garde à vue, Bruno Pescheux, directeur de l’usine de 2008 à 2014, Frédéric Jolibois et Jean-Claude Veillard, directeur sûreté chez Lafarge, ont été déférés devant le tribunal vendredi. Le parquet de Paris a requis le placement en détention provisoire de Bruno Pescheux et le placement sous contrôle judiciaire des deux autres cadres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite