L’OCI condamnent le tir d’un missile balistique par les Houthis contre Ryad

Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) ont condamné, dimanche, le tir par les milices Houthis d’un missile balistique, “fabriqué en Iran”, contre la ville de Ryad, le 19 décembre dernier.

Une résolution issue des travaux de la réunion ministérielle d’urgence de l’OCI a souligné que le tir d’un missile balistique en direction de la ville de Ryad est "une attaque contre le royaume de l’Arabie saoudite et la preuve du refus des milices Houtis, alliés de l’Iran, de se soumettre aux résolutions de la communauté internationale".

Les participants à cette réunion ont également mis l’accent sur la violation par l’Iran de la décision du Conseil des ministres des Affaires étrangères (Conférence de la Mecque), tenu en novembre 2016, et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité en continuant à approvisionner en armes leurs milices rebelles, en particulier en missiles balistiques de fabrication iranienne.

La réunion a aussi insisté que l’attaque lancée par un missile balistique sur la capitale saoudienne est un "développement dangereux et une menace des milices putschistes, alliés de l’Iran, en faisant fi de la volonté de la communauté internationale, l’attaque représente une menace à la sécurité régionale et internationale, et est contraire au droit international humanitaire en ciblant des villes et des villages peuplés".

Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’OCI ont, en outre, dénoncé l’ingérence de l’Iran dans les affaires de certains pays de la région, l’appelant à "renoncer aux politiques susceptibles d’alimenter les conflits sectaires et doctrinaux et à s’abstenir de soutenir et de financer les groupes terroristes".

Ils ont, à cette occasion, souligné leur soutien à l’Arabie saoudite face au terrorisme et à tous ceux qui tentent de saper sa sécurité, ainsi que leur solidarité avec le Royaume dans toutes ses démarches et actions pour préserver sa sécurité et sa stabilité.

Les ministres ont ainsi invité les Etats membres de l’OCI et la communauté internationale à prendre "des mesures sérieuses et efficaces pour prévenir la reproduction d’une telle attaque dans l’avenir, et de sanctionner tous ceux qui sont derrière le trafic d’armes, la formation à leur maniement et le soutien du groupe rebelle des Houthis".

D’autre part, la réunion a réaffirmé l’engagement "constant" des Etats membres de l’OCI à soutenir le gouvernement légitime du Yémen sous la direction du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soulignant l’importance des efforts visant à parvenir à une solution politique globale et à même de mettre fin à toutes les formes d’ingérence extérieure et aux souffrances du peuple yéménite et ce, conformément à l’initiative du Golfe et de ses mécanismes d’exécution ainsi qu’aux recommandations du dialogue national et à la résolution du Conseil de sécurité N°2216.

Les participants à cette réunion, tenue à l’invitation de l’Arabie saoudite avec la participation d’une délégation marocaine conduite par la secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Mounia Boucetta, ont discuté des répercussions du tir par la milice Houthie d’un missile balistique sur la ville de Ryad, le 19 décembre dernier.

En marge de cette réunion, le groupe de communication pour le Yémen relevant de l’OCI, qui regroupe 17 pays, dont le Maroc, a tenu une réunion au cours de la quelle il a souligné la nécessité de prendre les mesures nécessaires pour que le Yémen ne devienne pas une source de menace pour les pays voisins et un refuge pour les organisations terroristes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite