L’Italie “dans une phase d’euro-déception”, estime une ministre française

L’Italie "est dans une phase d’euro-déception", a estimé la ministre française chargée des Affaires européennes Nathalie Loiseau, qui s’est toutefois refusée au "catastrophisme" au lendemain d’une percée historique des forces antisystème et eurosceptiques aux législatives italiennes.

"Ce qui est frappant c’est que ce pays, fondateur de l’Union européenne, est dans une phase d’euro-déception", a commenté Mme Loiseau sur la radio France info.

"C’est un pays qui a fait face à un afflux migratoire qu’il n’avait jamais connu dans son histoire et qui s’est senti seul, abandonné par l’Union européenne", a analysé la ministre, qui s’est toutefois refusé à tout "catastrophisme".

Selon des résultats encore partiels, le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) serait devenu le premier parti du pays avec plus de 31% des voix.

La coalition formée par le Forza Italia de Silvio Berlusconi et la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite) obtiendrait elle quelque 37%, loin devant le Parti démocrate (centre gauche) de Matteo Renzi (19%).

Pour Nathalie Loiseau, "cela montre que partout en Europe les partis traditionnels sont fatigués".

"Il y a un dégagisme, il y a une soif de renouvellement, on l’a vu partout", a-t-elle ajouté.

Mais "il n’y a de triomphe de personne puisque personne n’a la majorité absolue, personne ne peut gouverner seul", a souligné la ministre française.

L’absence probable de majorité pour la coalition de droite comme pour le M5S va contraindre les leaders politiques italiens à des calculs et des tractations, qui s’annoncent longs et complexes, relevaient lundi les éditorialistes. (afp)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite