L’Iran désapprouve les insultes de certains médias iraniens contre Carla Bruni

Le gouvernement iranien “n’approuve pas” les insultes de certains medias iraniens contre l’épouse du président français Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, a déclaré mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast.

Le quotidien ultra-conservateur Kayhan avait assimilé samedi Carla Bruni à une "prostituée" en raison de sa vie privée jugée "immorale", après que l’épouse de Nicolas Sarkozy a pris la défense d’une Iranienne condamnée à mort par lapidation dans une affaire d’adultères et de meurtre.

Le journal, coutumier de propos insultants à l’égard de responsables iraniens ou étrangers, est revenu à la charge mardi dans un article évoquant "l’indignation de cette prostituée italienne" après l’article du journal samedi.

"La République islamique n’approuve pas l’insulte contre les responsables des autres pays", a déclaré M. Mehmanparast interrogé sur ces commentaires lors de son briefing hebdomadaire. "J’espère que tous les médias feront attention", a-t-il poursuivi. "On peut critiquer la politique hostile de certains pays ou le comportement des responsables d’autres pays et exprimer notre protestation, mais il ne faut pas utiliser des mots insultants. Cela n’est pas correct".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite