L’écrivain et spécialiste de l’Islam Abdelwahab Meddeb est mort à Paris

L’écrivain et universitaire franco-tunisien Abdelwahab Meddeb, qui animait chaque semaine depuis 1997 une émission radiophonique, “Cultures d’Islam”, est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à Paris d’un cancer, à l’âge de 68 ans, a annoncé jeudi la radio France Culture.

Abdelwahab Meddeb était romancier, essayiste, scénariste, traducteur et poète. Depuis dix-sept ans, il était aussi producteur sur France Culture: entre tradition et modernité, il y décortiquait et interrogeait les enjeux de civilisation de notre temps, en mettant en regard l’Orient et l’Occident, l’Islam et l’Europe.

Abdelwahab Meddeb a été directeur éditorial des Editions Sindbad pendant plus de 13 ans (1974-1987) et a aidé à faire connaître les grands classiques du soufisme (Ibn’Arabi, Hallâj, Rûmî…) et les plus saillants des auteurs arabes contemporains (Tayeb Salih, Naguib Mahfouz, Sonallah Ibrahim, Adonis…).

Il dirigeait aussi la revue internationale et transdisciplinaire "Dédale".

Passionné de littérature française, il avait entamé des études de Lettres et d’Histoire de l’Art à l’université de la Sorbonne en 1967.

"C’est une grande voix qui disparaît", a déclaré à l’antenne le directeur de France Culture Olivier Poivre d’Arvor. "Sa disparition est une très grande perte pour notre chaîne et nos auditeurs pour qui il était une voix essentielle", a-t-il ajouté. "La +double généalogie+ d’Abdelwahab Meddeb lui a permis à travers des centaines d’émissions de nous rappeler la profondeur du legs culturel de l’Islam dont il était le magnifique héritier et de rendre accessible aux lecteurs de Dante les textes d’Ibn Arabi, tout en faisant le lien entre tradition et modernité", a souligné M. Poivre d’Arvor.

L’historien Benjamin Stora, qui avait écrit un ouvrage avec lui, "Histoire des relations entre Juifs et Musulmans" (Albin Michel 2013), a précisé qu’il était encore avec lui à l’hôpital hier soir. "Nous avons passé un long moment ensemble (…). Son cancer avait été découvert en juillet. C’était très difficile".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite