L’Algérie ne digère pas le gazoduc panafricain du Maroc (Challenges)

“De plus en plus, le Maroc s’af­firme comme un ac­teur ma­jeur pour concur­ren­cer les an­ciennes puis­sances co­lo­niales et la Chine en Afrique sub­sa­ha­rienne”, souligne jeudi le magazine Challenges, indiquant qu’après l’ac­cord passé avec l’Ethio­pie, c’est un ga­zo­duc de 5 000 ki­lo­mètres que le royaume va co­fi­nan­cer avec le Ni­ge­ria, troi­sième pro­duc­teur mon­dial.

"Fu­reur des Al­gé­riens, qui vont cher­cher à blo­quer sa mise en œuvre", note l’hebdomadaire, indiquant que "Ce pro­jet se fera coûte que coûte, nous fait-on va­loir dans l’en­tou­rage de Mo­ham­med VI, qui s’est rendu une qua­ran­taine de fois en Afrique sub­sa­ha­rienne : +Il est la concré­ti­sa­tion d’une vi­sion Sud-Sud, qui est ga­gnante-ga­gnante+".

L’al­liance a été fi­na­li­sée à Mar­ra­kech en marge de la COP22, avant d’être of­fi­cia­li­sée à Lagos il y a quelques jours par le roi Mo­ham­med VI et le pré­sident Mu­ham­madu Bu­hari, rappele l’hebdomdaire.

Selon Challenges, le ga­zo­duc lon­gera toute la côte ouest-afri­caine pour re­joindre le Maroc, puis l’Eu­rope via l’Es­pagne. "Un par­cours plus long de
1 000 ki­lo­mètres que celui du pi­pe­line trans­sa­ha­rien qu’avait pro­posé l’Al­gé­rie en 2002, pro­jet qui n’a ja­mais abouti faute de fi­nan­ce­ment et en rai­son des risques liés au ter­ro­risme", souligne-t-il.

Le ga­zo­duc ouest-afri­cain des­ser­vira, entre autres, la Côte d’Ivoire, la Gui­née et le Sé­né­gal.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite