Khashoggi : Washington salue un “pas important”, appelle Ryad à “plus de transparence”

Les Etats-Unis ont estimé lundi que la condamnation de cinq Saoudiens à la peine de mort par la justice saoudienne pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi était "un pas important".

"Les verdicts d’aujourd’hui sont un pas important pour faire payer tous ceux qui sont responsables de ce crime terrible", a dit à des journalistes un haut responsable américain. "Nous avons encouragé l’Arabie saoudite à engager un processus judiciaire juste et transparent et nous continuerons à le faire", a-t-il ajouté.

Alors que la Turquie et plusieurs organisations de défense des droits humains ont vivement critiqué la décision d’un tribunal de Ryad, qui exonère notamment deux des principaux suspects, ce responsable s’est borné à demander "plus de transparence" à l’Arabie saoudite, proche alliée des Etats-Unis.

Jamal Khashoggi, un collaborateur du quotidien américain Washington Post, a été tué à 59 ans en octobre 2018 dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Le journaliste saoudien a été étranglé et son corps dépecé par un commando de 15 hommes venus de Ryad, lors d’une opération qui a terni l’image du prince héritier Mohammed ben Salmane, soupçonné d’être le commanditaire du meurtre.

Le Sénat américain lui-même considère que le prince est "responsable" de la mort de Jamal Khashoggi. Mais le gouvernement de Donald Trump a lui toujours pris soin de ne pas imputer une telle responsabilité à Mohammed ben Salmane, donnant ostenstiblement la priorité au maintien de bonnes relations avec le royaume saoudien.

Lundi, l’élu démocrate Adam Schiff, chef de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants, a jugé dans un communiqué que le verdict prononcé par la justice saoudienne n’était qu’un prolongement des "efforts du royaume en vue d’établir une distance entre les dirigeants saoudiens, dont le prince héritier et ses conseillers, et le violent assassinat d’un journaliste".

M. Schiff a promis de continuer "à se battre pour que ceux qui ont autorisé et mené le meurtre prémédité de Jamal Khashoggi rendent réellement des comptes".

"Et nous ferons en sorte que les voix des vrais réformateurs du royaume ne soient pas réduites au silence par un régime saoudien brutal qui jouit inexplicablement du soutien inébranlable du président Trump", a-t-il conclu.

Le procureur général d’Arabie saoudite a annoncé lundi que cinq Saoudiens avaient été condamnés à mort dans cette affaire, mais que l’ancien numéro deux du renseignement, le général Ahmed al-Assiri, et Saoud al-Qahtani, un proche conseiller du prince héritier, avaient été disculpés.

Saoud al-Qahtani faisait partie des responsables saoudiens sanctionnés par Washington pour leur implication présumée dans le meurtre, avec d’autres figures qui n’ont pas été condamnées à Ryad.

"Nous continuons à faire pression sur eux pour plus de transparence et pour que tous les responsables rendent des comptes", a seulement dit le responsable américain.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite