Joyeux Ramadan J-13: “Pik Ya wlidi”

– Par Narjis Rerhaye –

Depuis que ton oncle paternel, ex-communiste toujours pas repenti, a donné sa voix à Omar Balafrej aux dernières législatives, il se sent comme un Phoenix renaissant de ses cendres. Dans ta tribu, on a beau le raisonner. Rien n’y fait. Ton oncle, qui ne jurait que par Si Ali (Yata), s’est pris de sympathie inconditionnelle pour la FDG, fédération de gauche et « ce jeune Omar Balafrej qui n’a pas froid aux yeux ».

Quand Omar Balafrej a fait sa rentrée parlementaire en portant le burnous d’Abderrahim Bouabid et le tarbouch Watani de Bensaid Aït Idder, ton oncle était en quasi état de transes. C’est tout son héritage politique que le député FDG venait de revêtir en ce deuxième vendredi d’octobre. « Ton oncle est devenu fétichiste, » avait alors bougonné ton père qui était en quête d’une explication rationnelle à cet inattendu coup de foudre politique.

Au f’tour organisé par la sœur de ta grand-mère Hajja Mefataha –que Dieu l’accueille en sa sainte miséricorde- ton oncle paternel est d’humeur « hirak » et toujours aussi fan de Balafrej. « Vous l’avez entendu mon député mardi au parlement lors de la séance de questions orales où les ministres de l’intérieur et de la justice ont été interpellés sur les événements d’Al Hoceima ? Hé bien, c’est lui qui a dit à voix haute et intelligible Pik Ya Wlidi. Grâce à lui, ce fameux hashtag, né d’une expression attribuée à un manifestant interrogé par le juge d’instruction a fait son entrée sous la coupole. Ce n’est pas fort ça ! » jubile le frère de ton père.

Ta communicante de cousine ose une analyse, histoire de contrarier ton oncle qui n’a jamais été apprécié par sa mère. « C’est juste de la com’. Ton député s’est contenté de dire Pik Ya wlidi, c’est tout. Les autres élus de la nation n’ont rien compris. La majorité d’entre eux n’avait jamais entendu parler de ce hashtag. D’ailleurs le président de séance, Ouzzine moul l’karata, en a même ri. Il pensait sûrement que c’était une blague ! Sauf M. Balafrej était sûr de son effet sur les réseaux sociaux. Moi, je n’ai jamais attendu d’un élu de la Nation qu’il fasse passer la com avant l’action. C’est comme son histoire de burnous. Zaama, c’est l’habit qui fait le militant. Je préfère encore mon pchakh ».

Tu regardes fièrement ta cousine. Et c’est bien la première fois que tu la regardes ainsi cette pimbêche qui croit tout savoir depuis qu’elle a appris à faire des Prez sur powerpoint. Ton oncle paternel est sur le point d’avoir une attaque. Depuis les années 1970 –des années de braise et de plomb- personne n’avait osé lui tenir tête et encore moins le contredire.

Ta tante, bent l’ONEP, ne veut surtout pas que le f’tour de la sœur de sa mère défunte soit torpillé par une communicante qui se prend déjà pour Séguéla, le bronzage en moins. C’est la première B.A de ta tante depuis qu’elle a bloqué hier les 10 derniers jours du Ramadan pour sa Omra « five stars », vue imprenable sur la Kaaba. « Ainsi donc, le Maroc est le berceau de l’humanité. Vous êtes au courant qu’une équipe internationale a découvert des restes d’Homo sapiens primitifs, datant d’environ 300.000 ans à Jbel Irhoud dans la province de Youssoufia ? »
Il n’en fallait pas plus pour que ton oncle paternel laisse exploser sa colère contre ceux et celles qui nous gouvernent. « Nous avons été les premiers à habiter cette planète et même pas foutus de se développer. Pik ya wlidi !!! »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite