Jean-Louis Borloo veut faire de l’UDI le “premier parti” de France

Jean-Louis Borloo veut faire de l
Jean-Louis Borloo a lancé dimanche l’Union des démocrates et indépendants (UDI), une nouvelle formation de centre-droit dont il veut faire "le premier parti de France".

L’UDI a fait une prise de choix le jour de sa première assemblée constituante, à la Mutualité de Paris, en la personne de l’ex-ministre des Sports Chantal Jouanno, qui va en conséquence quitter l’UMP.

L’ancienne ministre et ex-présidente du Parlement européen Simone Veil, 85 ans, a également soutenu l’UDI en assistant à son assemblée fondatrice.

Jean-Louis Borloo, qui a convaincu la plupart des composantes du centre d’oublier leurs querelles passées pour constituer une formation héritière de l’ex-UDF, nourrit les plus grandes ambitions pour l’UDI, qu’il préside.

"Nous sommes une force qui a vocation à devenir le premier parti de France", a-t-il déclaré, se positionnant de fait pour la présidentielle de 2017.

Jean-Louis Borloo a insisté à la tribune sur la volonté d’indépendance du nouveau parti, mais aussi le fait qu’il avait vocation à constituer une "coalition gagnante" avec l’UMP.

"L’indépendance, c’est la puissance. Mais l’indépendance, ce n’est pas l’isolement", a-t-il dit en allusion à l’isolement du président du MoDem François Bayrou.

Après avoir réuni 30 députés et 28 sénateurs centristes et divers droite dans des groupes autonomes, l’ancien ministre de l’Ecologie a mis sur orbite l’UDI, qui regroupe sept formations politiques et revendique environ 50.000 adhérents.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite