France: un Algérien condamné pour avoir “glorifié” l’assassinat de Samuel Paty

Un Algérien a été condamné mercredi à six mois de prison pour avoir “glorifié” l’assassinat de l’enseignant français Samuel Paty, décapité le 16 octobre dernier, a-t-on appris vendredi des autorités françaises.

Cet homme de 34 ans avait été placé en garde à vue mardi pour avoir posté le 19 octobre un message “glorifiant l’acte de l’assassin de Samuel Paty, l’érigeant en martyr”, dans un “message effacé dès le lendemain”, a indiqué vendredi la section de recherches de la gendarmerie de Versailles, en banlieue parisienne.

Il a été condamné mercredi par le tribunal de Pontoise à six mois de prison et à dix ans d’interdiction du territoire français, a-t-on précisé de même source.

Selon une source proche de l’enquête, l’homme n’avait pas d’antécédents judiciaires, habitait la région parisienne et était en situation irrégulière depuis 2016.

“Le jeune homme qui a été tué en France, celui qui a défendu notre Prophète, le jeune homme tchétchène est un martyr si Dieu le veut, que Dieu soit miséricordieux avec lui et l’installe au Paradis”, avait-il écrit sur les réseaux sociaux, selon la source proche de l’enquête.

Samuel Paty a été décapité le 16 octobre à la sortie de son collège de Conflans-sainte-Honorine (Yvelines) par Abdoullakh Anzorov, un réfugié d’origine russe tchétchène de 18 ans, car il avait montré des caricatures de Mahomet lors de deux cours sur la liberté d’expression.

Anzorov a été abattu par les policiers juste après ce meurtre. Il avait revendiqué son attentat sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite