France/Coronavirus: le gouvernement va accélérer le déconfinement

Le gouvernement s’apprête jeudi à lancer l’acte 2 du déconfinement en assouplissant largement les restrictions sur les déplacements, les cafés et restaurants et les parcs à partir du 2 juin grâce au ralentissement de l’épidémie.

C’est à 17HOO que le Premier ministre Edouard Philippe présentera les décisions prises dans la matinée au Conseil de défense présidé par Emmanuel Macron à l’Elysée.

Selon une source proche de l’exécutif, il devrait annoncer la fin de la limitation des déplacements à 100 km du domicile, la réouverture des bars et restaurants dans les zones vertes et des terrasses à Paris, ainsi que des parcs et jardins avec le port du masque. Sur la carte de France, seuls resteraient en rouge quelques départements.

Les collégiens de 4e et 3e et les lycéens sauront eux s’ils seront autorisés à retourner en cours et comment l’oral du bac de français sera organisé.

Ces décisions devaient être discutées jusqu’à l’intervention d’Edouard Philippe, qui sera entouré des ministres de l’Education Jean-Michel Blanquer et de la Santé Olivier Véran.

 “ultra-vigilant”
“Le président est à la fois ultra-vigilant sur la santé et soucieux de libérer le plus de choses possibles”, a indiqué cette source.

Près de trois semaines après le début du déconfinement engagé le 11 mai, les conditions sanitaires s’améliorent, avec un reflux continu du nombre de malades graves en réanimation (1.501 mercredi, 54 de moins que la veille). Depuis début mars, le virus a tué 28.596 personnes (+66 en 24 heures), dont près de la moitié résidaient en Ehpad et autres établissements.

“La circulation du virus s’est largement ralentie”, selon les premières conclusions du dispositif de traçage de la Sécurité sociale.

Quatre régions (Ile-de-France, Hauts-de-France, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté)ainsi que Mayotte sont actuellement en zone rouge et leurs présidents font pression pour en sortir.

Dans les transports en commun, le port du masque restera obligatoire “tant qu’on n’a pas un traitement” contre le Covid-19, a prévenu la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne. Elle a par ailleurs annoncé un triplement du budget dédié au plan vélo, porté à 60 millions d’euros, pour inciter les Français à sa pratique.

Les clubs de sport attendent aussi un feu vert, alors que plusieurs pays voisins ont rouvert piscines, salles de gym et clubs de fitness sous certaines conditions.

Bond du chômage
L’urgence pour l’exécutif est de relancer la machine économique alors que le chômage a bondi de 22% en avril avec 843.000 demandeurs d’emploi supplémentaires, a annoncé jeudi Pôle emploi.

Environ 84% des Français se disent inquiets de la récession qui devrait largement dépasser les -8% envisagés par le gouvernement cette année. Sur le seul deuxième trimestre, la chute du PIB pourrait atteindre “environ 20%”, avait estimé mercredi l’Insee.

Entre janvier et mars, les ventes de logements anciens ont chuté de 22% en Ile-de-France, selon des chiffres publiés jeudi par les notaires.

Pour la relance, la France pourrait bénéficier d’un plan de 750 milliards d’euros de la Commission européenne, destiné à relancer les économies des pays européens qui ont payé un prix exorbitant à la pandémie. La France serait le quatrième principal bénéficiaire (après l’Espagne, l’Italie et la Pologne) avec 38,7 milliards d’euros subventions.

L’un des principaux grands magasins de Paris, le Printemps Haussmann, a rouvert jeudi pour des clients masqués. “On a besoin de faire du chiffre d’affaires” car “depuis le confinement c’est-à-dire le 15 mars, il était à zéro”, a indiqué son directeur Pierre Pelarrey.

Même si les polémiques continuent, le Parlement a soutenu mercredi soir l’application pour smartphones StopCovid. Cet outil de traçage, destiné à aider à lutter contre l’épidémie est jugé “liberticide” par ses détracteurs, parmi lesquels quelques voix dissonantes au sein même du parti présidentiel LREM.

Une figure de la droite, le député LR Claude Goasguen, est décédé jeudi à l’âge de 75 ans d’une crise cardiaque alors qu’il se remettait tout juste du Covid-19. Il était devenu fin 2019 le conseiller politique de Rachida Dati dans la campagne des municipales à Paris.

Symboliquement, les mots “déconfinement” et “covid” font leur entrée dans le dictionnaire, ont annoncé jeudi les rédacteurs du Petit Robert.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite