Explosion de Beyrouth: le président Aoun rejette une enquête internationale

Le président libanais, Michel Aoun, a rejeté vendredi toute enquête internationale demandée par Macron dans la terrible explosion au port de Beyrouth, qui a fait plus de 150 morts, estimant qu’elle ne ferait que diluer la vérité.

Interrogé par un journaliste qui lui demandait s’il pensait qu’une enquête internationale reviendrait à “diluer la vérité”, le chef de l’Etat a répondu “bien sûr”.

M. Aoun a tenu ces propos au lendemain de l’appel du président français, Emmanuel Macron, lors de sa visite à Beyrouth, à une enquête internationale “transparente”.

Le compte officiel du président sur Twitter a ensuite répété que selon M. Aoun une enquête internationale “diluerait la vérité”.

L’explosion dans le port de Beyrouth mardi a fait plus de 150 morts et 5.000 blessés. Elle a été provoquée par plusieurs tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis six ans dans un entrepôt “sans mesures de précaution”, de l’aveu même du Premier ministre.

Vendredi, M. Aoun a assuré qu’il avait été informé de cette cargaison le 20 juillet et qu’il avait contacté le secrétaire général du Conseil supérieur de Défense pour faire le nécessaire.

Face à l’outrage, les autorités veulent montrer qu’elles s’activent sur le dossier. Une source judiciaire a rapporté vendredi cinq nouvelles arrestations parmi les fonctionnaires des douanes et du port, notamment des ingénieurs, portant à 21 le nombre total de personnes placées en détention provisoire.

“Face à la justice, il n’y a pas de grand ou de petit qui ne puisse pas être visé”, a assuré M. Aoun vendredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite