Espagne: Rajoy rejette catégoriquement la tenue d’un “référendum définitif” en Catalogne

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a rejeté, mercredi, catégoriquement l’option de tenue d’une “consultation définitive ” sur l’indépendance de la Catalogne, comme le réclame le dirigeant de cette région Artur Mas.

"Ce qui était illégal, il y a un an, continue de l’être aujourd’hui", a dit M. Rajoy dans une déclaration à la presse à Madrid dans sa première réaction publique après le vote de dimanche dernier.

La consultation, organisée le 9 novembre en Catalogne, en dépit de sa suspension par la justice a été un "échec" pour ses promoteurs, a lancé le dirigeant espagnol.

"Après tant de bruit, de mobilisation et de gaspillage de l’argent public", quand les nationalistes espéraient une "participation massive", la consultation de dimanche a été un "échec" pour les indépendantistes de cette région, a encore souligné le chef du gouvernement central.

Deux sur trois Catalans n’ont pas participé à ce vote, a-t-il fait observer, notant que "le projet indépendantiste nous a montré sa faiblesse".

Il n’y avait pas eu une consultation, "nous avons assisté à un simulacre électoral, à un acte de propagande politique", a indiqué le dirigeant espagnol, relevant que son gouvernement a "défendu la légalité et a pris ses décisions avec proportionnalité".

Rajoy a toutefois réitéré qu’il reste toujours ouvert au dialogue, mais dans le cadre de la loi et de la constitution et du respect de la souveraineté espagnole, affirmant qu’il n’acceptera aucune proposition qui ne respecte pas la légalité. "On ne peut pas imposer au président du gouvernement de négocier la souveraineté nationale", a-t-il déclaré. "La forme légale c’est de prévoir une réforme de la Constitution que tout le monde doit débattre" devant le parlement, a-t-il affirmé.

Les propos de Mariano Rajoy interviennent le lendemain de ceux faits par la vice-présidente de l’exécutif central, Soraya Saenz de Santamaria, qui avait rejeté tout dialogue avec les catalans sur un référendum d’autodétermination pour la région de Catalogne (nord-est).

"Le droit à l’autodétermination que vous demandez n’est pas possible, ni dans cette Constitution ni dans aucune des démocraties voisines", avait déclaré la vice-présidente du gouvernement, en réponse à une question au Sénat d’un député du parti de Artur Mas "Convergence et Union".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite