Erdogan à Moscou pour discuter de la Syrie avec Poutine

Les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan se rencontraient mercredi à Moscou pour discuter de la Syrie, le second cherchant à convaincre du bien-fondé de sa proposition d’une “zone de sécurité” dans le nord syrien, pour y empêcher toute autonomie kurde.

Au début de la réunion sous les ors du Kremlin, Vladimir Poutine a accueilli son homologue turc en l’appelant "mon ami", avant de souligner qu’ils allaient "étudier les questions de sécurité régionale et activement coopérer sur la Syrie".

Recep Tayyip Erdogan a lui aussi chaleureusement salué le chef de l’Etat russe et rendu hommage à "une solidarité ayant apporté des résultats significatifs en matière de sécurité".

Une conférence de presse est prévue pour la fin de cette rencontre, devenue presque habituelle, même si les deux hommes poursuivent des objectifs apparemment opposés en Syrie.

La Russie soutient militairement le régime de Damas tandis que la Turquie aide des groupes rebelles voulant renverser Bachar al-Assad, mais elles disent chercher ensemble une solution politique à un conflit qui dure depuis près de huit ans.

Moscou et Ankara ont convenu de coordonner leurs opérations sur le terrain après l’annonce surprise par le président américain Donald Trump, en décembre, du retrait de ses 2.000 soldats engagés en Syrie.

Dans un discours lundi, M. Erdogan a indiqué qu’il plaiderait auprès de M. Poutine en faveur de la création d’une "zone de sécurité" administrée par la Turquie dans le nord. M. Trump s’est prononcé pour cette idée mi-janvier.

Les Kurdes, qui contrôlent la majeure partie de cette région, et qui sont alliés aux Américains, sont extrêmement hostiles à la proposition, craignant une offensive turque.

Pour sa part, la Russie défend depuis le début du conflit une ligne simple, en vertu de laquelle le régime syrien doit retrouver sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire.

"Nous sommes convaincus que la seule solution correcte et optimale serait de remettre ces territoires sous le contrôle du gouvernement syrien (…), tout en nous rendant compte que les Kurdes doivent se voir assurer (que) toutes les conditions nécessaires (à la vie) dans leurs lieux d’habitation traditionnels" seront réunies, a déclaré la semaine dernière le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite