Dominique Bréard de “Tout le monde veut prendre sa place” : “je prépare ma reconversion professionnelle”

Dominique Bréard de
La semaine dernière, Dominique Bréard, l’avocat star du jeu de Nagui sur France 2 Tout le monde veut prendre sa place, a été battu par Djamila après 153 participations, 150 victoires, 163 000 euros de gain, des voyages de rêve et une voiture.

Pour Premiere.fr, il évoque cette expérience hors du commun mais aussi ses projets et son envie de reconversion professionnelle.

Après cette fabuleuse aventure, qu’allez-vous faire de vos gains ? Quels sont vos projets ?

Une partie de l’argent va me servir d’apport pour acheter une maison. Le reste va me servir pour préparer ma reconversion professionnelle. J’envisage de changer de métier, m’orienter vers l’animation radio, TV. Je suis en train de formuler des propositions. Les prises de contact, à l’heure actuelle, c’est moi qui les fait on ne vient pas me chercher.

Vous avez participé à plusieurs jeux TV. Lequel avez-vous préféré ?

Sur le plan de l’intensité, c’est de loin Tout le monde veut prendre sa place. Ça a créé quelque chose d’énorme. Ça a renforcé la confiance que je pouvais avoir dans mes capacités. Ça représente plusieurs mois de présence à l’antenne. Je suis quand même fier d’avoir participé à Questions pour un champion . C’est un jeu de culture générale qui a une espèce d’aura.

Aimeriez-vous participé à d’autres jeux ?

Pas du tout. C’est fini !

Vous êtes devenu une star malgré vous. Cela vous effraie-t-il ?

Ça ne m’effraie pas. Je n’emploierai pas le terme de star. Je me suis fait une petite notoriété mais on ne me saute pas dessus pour me déshabiller dans la rue (rire).

Vous avez perdu votre titre au surlendemain de votre grande victoire comme champion. Pur hasard ?

Hasard total ! C’est quelque chose sur lequel j’insiste. La société accepte difficilement les coïncidences. Après les 130 victoires et le record de gains, j’avais décidé de ne plus racheter ma place. Je ne voulais pas lasser le public.

La production vous-a-t-elle poussé à arrêter ?

Quand j’ai arrêté la prod est venue me voir. Ils ont été un peu surpris. J’ai le sentiment que j’aurais pu rester autant que je voulais.

Qui a été votre pire adversaire ?

J’en ai eu plusieurs. Il y en a qui m’ont fait peur car ils ont fait des gros scores. Puis il y a eu la peur liée à mes propres scores. Mais il n’y a pas un nom qui me vient précisément.

Existait-il une concurrence entre vous et Christophe Bourdon , le précédant champion ?

C’est une concurrence que j’appelle concurrence saine. Quand on a commencé à me dire que j’entrai dans le top 5, j’ai senti la concurrence de la personne qui était devant. Quand je me suis retrouvé deuxième, j’ai senti la concurrence de Christophe. Ça a été un élément de motivation supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite