Complot présumé: l’Iran réclame une “visite consulaire” pour un des suspects

L’Iran a demandé à Washington de faciliter une "visite consulaire" à Manssor Arbabsiar, l’Irano-américain arrêté aux Etats-Unis et accusé d’avoir préparé pour le compte de Téhéran l’assassinat de l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, a rapporté dimanche l’agence Fars.

"Il n’y pas de doute que les accusations américaines sont sans fondement, mais la remise des informations concernant l’accusé et une visite consulaire sont une obligation pour le gouvernement américain et tout retard dans ce domaine est contraire aux règles internationales et aux engagements du gouvernement américain", a déclaré un haut diplomate iranien au chargé d’affaires suisse, convoqué dimanche soir pour la seconde fois au ministère des Affaires étrangères.

La Suisse représente les intérêts américains à Téhéran depuis la rupture des relations diplomatiques entre Téhéran et Washington en 1980.

Selon l’agence Fars, "une lettre destinée au gouvernement américain a été remise au chargé d’affaires suisse".

L’Iran ne reconnaît pas la double nationalité.

L’Irano-américain Mansour Arbabsiar, âgé de 56 ans, a été arrêté le 29 septembre dernier et accusé par la justice américaine d’avoir préparé, avec un autre ressortissant iranien, un attentat pour assassiner l’ambassadeur saoudien pour le compte de Téhéran.

L’Iran a immédiatement rejeté ces accusations, criant à une manipulation destinée à diviser les pays musulmans, à protéger Israël et à isoler davantage la République islamique déjà soumise à de sévères sanctions internationales pour ses programmes nucléaire et balistique controversés.

Dimanche, le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a mis en garde les Etats-Unis contre toute "action inappropriée".

"Les responsables américains (…) doivent savoir que toute action inappropriée – qu’elle soit politique ou sécuritaire – donnera lieu à une réponse ferme de la part du peuple iranien", a déclaré le numéro un iranien.

L’Arabie saoudite a annoncé qu’elle préparait une "riposte appropriée" contre Téhéran et qu’elle avait demandé au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon d’informer le Conseil de sécurité du "complot odieux".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite