Compétitivité : Ayrault défend sa “démarche vitale”

Un crédit d’impôt de 20 milliards d’euros pour les entreprises financé par une hausse de la TVA et de la fiscalité écologique et une baisse des dépenses publiques. Jean-Marc Ayrault a présenté mardi le pacte de compétitivité censé sauver la France du déclin industriel, appelant au "sursaut national" et à la "mobilisation de chacun".

Les décisions arrêtées mardi matin par le gouvernement reprennent "la quasi-totalité" des recommandations du rapport remis la veille par Louis Gallois, a affirmé le Premier ministre. Le commissaire général à l’investissement préconisait de baisser les charges de 30 milliards sur un an (20 milliards de cotisations patronales et 10 de cotisations salariales) et d’augmenter la TVA, la CSG et la fiscalité écologique.

Le gouvernement a décidé de ne pas toucher à la CSG (Contribution sociale généralisée). En revanche, la TVA augmentera au 1er janvier 2014 et une nouvelle fiscalité écologique sera mise en place en 2016.

Cet effort "doit permettre à la France d’échapper au déclin qui nous guette si nous continuons à repousser à demain les décisions indispensables", a justifié le Premier ministre, parlant même de "démarche vitale". Il s’agit selon lui d’"être plus compétitifs pour être plus solidaires".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite