Chantage au Roi Mohammed VI: ouverture du procès ce lundi à Paris des deux journalistes, Graciet et Laurent

Le procès des deux journalistes français, Catherine Graciet et Eric Laurent, se tient ce lundi 16 janvier devant le tribunal judiciaire de Paris pour délit de chantage au préjudice du Royaume du Maroc.

“Le délit de chantage est caractérisé”, avaient tranché les juges d’instruction.

Dans une ordonnance de onze pages datée du 2 février 2021, les juges d’instruction chargés de l’enquête avaient ordonné un procès pour “chantage” sur le Roi Mohammed VI.

Eric Laurent et Catherine Graciet ont tenté soutirer 3 millions d’euros, en échange de la non publication d’un supposé livre à charge contre le Royaume du Maroc.

“Le Royaume du Maroc a été la cible de deux pieds nickelés qui, à défaut d’avoir du talent, ont eu l’idée de tenter une opération de chantage”, a déclaré Me Ralph Boussier, l’un de ses conseils au côté de Me Antoine Vey, qui les dépeint “pris la main dans le pot de confiture”.

L’affaire avait éclaté en août 2015. Le 23 juillet, Eric Laurent contacte le secrétariat particulier du Roi Mohammed VI en vue d’obtenir un rendez-vous, finalement organisé le 11 août dans un palace parisien, avec un émissaire du palais, l’avocat Hicham Naciri.

Le 20 août, le Maroc déposait plainte à Paris et une information judiciaire a immédiatement été ouverte.

Deux autres rencontres suivaient, le 21 et le 27 août, au cours desquelles la somme négociée était ramenée de 3 à 2 millions d’euros.

Les deux journalistes ont été arrêtés en situation de flagrant délit à la sortie de ce dernier rendez-vous. Ils ont été interpellés en possession d’un acompte de 40.000 euros chacun en liquide.

La police disposait aussi de deux enregistrements accablants pour les deux journalistes et d’une lettre signée de leurs mains.

Au coeur du dossier figuraient les enregistrements de ces rendez-vous, validés par la Cour de cassation au terme d’une longue bataille procédurale.

Les deux prévenus encourent cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite