CEN-SAD : la Conférence des ministres de la Défense décide de renforcer la coopération militaire et sécuritaire antiterroriste entre les Etats membres

Le Conseil des ministres de la défense de la Communauté des Etats du Sahel et du Sahara (CEN-SAD) a décidé de promouvoir la coopération entre les pays membres afin de lutter contre le terrorisme, à travers l’activation des mécanismes existant pour renforcer la coopération dans les domaines militaire et sécuritaire.

Le Conseil a également décidé, dans sa ‘Déclaration de Charm El-Cheikh”, publiée à l’issue de ses travaux achevés vendredi dans la station balnéaire égyptienne, de renforcer la sécurité des frontières entre les pays membres et de déployer des patrouilles conjointes dans les zones frontalières entre les pays en proie à des troubles, ‘en vue de contribuer à faire face à la menace terroriste et la criminalité transfrontalière”.

Les ministres ont aussi appelé à encourager la solidarité avec les Etats membres en situation de crise et de conflit ou d’interventions étrangères qui menacent leur intégrité territoriale. Ils ont, par ailleurs, mis en garde contre toutes les formes d’ingérence politique dans les affaires intérieures des Etats ou de soutien aux groupes séparatistes et autres mouvements rebelles dans les pays membres.

Il a aussi été décidé de renforcer les capacités de défense et de sécurité des Etats membres en matière de lutte contre le terrorisme, à travers la mise en œuvre de programmes de formation et d’échange d’expériences, le soutien des stratégies de coopération régionale et la mise en place de mécanismes conjoints pour faciliter l’échange rapide d’informations.

La ‘Déclaration de Charm El-Cheikh” met aussi l’accent sur la nécessité de travailler sur l’assèchement des sources de financement des organisations terroristes à travers la mise en place de mécanismes de coopération et de coordination pour lutter contre la criminalité transfrontalière, en particulier le trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains et le blanchiment d’argent. Elle insiste également sur l’importance de l’harmonisation et de la coordination des mesures nationales pour prévenir et combattre le terrorisme par le biais de plans d’action, la sensibilisation sur le rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les stratégies des groupes terroristes et l’adoption des mesures nécessaires pour y remédier.

A cet égard, la Conférence a décidé d’adopter des stratégies de communication visant à protéger la jeune génération contre l’extrémisme à travers des campagnes de sensibilisation.

Par ailleurs, la Conférence a plaidé pour la promotion des principes de prévention des conflits, de paix et de dialogue comme moyen de résolution des crises, tout en tenant compte des revendications économiques et sociales des populations locales, en particulier les plus vulnérables, afin de les prémunir contre les mouvements terroristes. Dans ce cadre, il a été décidé de la création d’un centre de lutte contre le terrorisme, relevant du CEN-SAD et qui aura son siège en Egypte.

Au cours de cette Conférence de deux jours, les experts se sont penchés sur l’évaluation des résultats des réunions précédentes des ministres de la Défense de la Communauté des Etats sahélo-sahariens, la lutte contre le terrorisme dans cet espace et sur le renforcement de la coopération entre les organismes en charge de la lutte contre le terrorisme dans les pays membres. Ils ont également abordé le cadre juridique et institutionnel de la Communauté, le projet stratégique pour la sécurité et le développement de l’espace sahélo-saharien et une version révisée du mécanisme de prévention, de gestion et de règlement des conflits, outre un projet de protocole pour la création d’un conseil permanent de paix et de sécurité. La réunion a, en outre, examiné le renforcement de la coopération militaire entre les pays membres de la Communauté des Etat du Sahel et du Sahara, ainsi qu’un document présenté par l’Egypte sur la sécurité frontalière et un autre soumis par le secrétariat général de la CEN-SAD axé sur les manœuvres et les exercices militaires conjoints.

Quelque 27 pays africains et arabes, dont le Maroc, ont pris part à cette 5è Conférence, outre des pays européens à savoir la France, l’Italie, la Grèce, Chypre et l’Espagne.

Le Maroc a été représenté à cette conférence, à laquelle ont aussi participé plusieurs instances et organisations régionales et internationales, par une délégation conduite par le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement, chargé de l’Administration de la Défense Nationale, Abdeltif Loudyi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite