Carnage en Syrie: Washington condamne “le mépris du régime pour la vie humaine”

Les Etats-Unis ont condamné lundi “avec la plus grande force” les raids “brutaux” du régime syrien dimanche qui ont fait près de 100 morts sur un marché près de Damas, dénonçant “le mépris du régime pour la vie humaine”.
Le département d’Etat a également réaffirmé dans un communiqué que Washington “travaillait avec ses partenaires pour une véritable transition politique négociée, en dehors (du président syrien Bachar al) Assad”.

Le carnage qui s’est produit dimanche à Douma, fief rebelle dans la région de la Ghouta orientale, survient presque deux ans jour pour jour après l’attaque à l’arme chimique dans le même secteur qui avait fait des centaines de morts le 21 août 2013, et avait été attribuée au régime par les Occidentaux et l’opposition.

La série de frappes menées par les avions du régime du président Bachar al-Assad a visé un marché très fréquenté de la ville de Douma située à 13 km au nord-est de Damas et tenue par les insurgés depuis près de trois ans.

"Le bilan est monté à 96 morts", en grande majorité des civils dont des femmes et des enfants, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), soulignant que le nombre de morts risque d’augmenter en raison de l’état critique de nombreux blessés.

Au moins 240 personnes ont été blessées d’après cette ONG qui dispose d’un large réseau de sources à travers la Syrie, où l’aviation est la principale arme du régime contre les insurgés.

Lundi, quelques heures après la condamnation par l’opposition en exil d’un "massacre", les avions du régime ont encore frappé à quatre reprises la ville meurtrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite