Attaque contre la résidence du président guinéen Condé : Dallein Diallo dénonce un “acte déplorable”

Le président du parti guinéen de l’Union des forces démocratiques (UFDG), Cellou Dallein Diallou a condamné, mardi depuis Dakar, l’attaque contre la résidence du président guinéen Alpha Condé la qualifiant d’"acte déplorable".

Le candidat au second tour de la présidentielle de novembre 2010 face à Alpha Condé qui a remporté le scrutin, a assuré qu’il condamne fermement l’attaque contre la résidence du président la qualifiant d’"acte de violence déplorable".

Plusieurs formations politiques de l’opposition guinéenne et des associations de la société civile ont également condamné cette attaque tout en appelant à la retenue dans la riposte, plaidant pour la mise sur pied d’une commission d’enquête pour établir équitablement les responsabilités.

D’autre part, le premier ministre guinéen, Mohamed Saïd Fofana a promis que "les coupables de l’attaque contre la personne du président seront jugés". S’exprimant à l’issue d’une réunion d’urgence avec les membres du gouvernement à la suite de cette attaque, le premier ministre a précisé que "les forces de défense et de sécurité sont à pied d’oeuvre pour faire la lumière sur ce qui vient de se passer".

"Des individus ont été arrêtés et tous ceux qui sont coupables seront traduits devant les tribunaux. Le gouvernement ne concèdera aucune tolérance envers les coupables, mais il n’y aura pas non plus de chasse à l’homme", a-t-il dit tout en appelant les guinéens au calme et à la sérénité.

Dans une déclaration diffuée par des radios locales mardi après-midi, le président guinéen Alpha Condé a assuré que des auteurs de l’attaque contre sa résidence ont été arrêtés.

"Nous avons réussi à mettre la main sur les chefs militaires qui étaient déviants, mais l’enquête continue. Les deux principaux responsables (de l’attaque) ont été arrêtés", a-t-il dit.

L’attaque où le président s’en est sorti indemne a fait un mort et plusieurs blessés dans les rangs de la garde présidentielle. "J’ai eu la chance de n’avoir pas été dans ma chambre qui a été attaquée au bazooka et la roquette RPG. Il y a eu des tirs extrêmement nourris mais la Garde présidentielle s’est très bien défendue pendant plus de deux heures avant l’arrivée de renforts", raconte le président Condé au sujet de l’attaque.

Alpha Condé se refuse néanmoins à tirer des conclusions de cette attaque. "C’était une tentative d’assassinat. Pas un coup d’Etat parce qu’ils n’en ont pas la capacité. Pour faire un coup d’Etat, il faut quand même des forces, et leurs forces sont faibles. Ce n’est pas avec six pick-ups qu’on peut faire un coup d’Etat", a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite