Arrivée du roi Mohammed VI à l’Élysée pour prendre part à la cérémonie du centenaire de l’Armistice

Le roi Mohammed VI, accompagné du prince Héritier Moulay El Hassan, est arrivé, dimanche matin, au palais de l’Élysée pour prendre part à la cérémonie internationale de commémoration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918.

A son arrivée au Palais de l’Élysée, le souverain a été accueilli par le Président de la République française, M. Emmanuel Macron et Mme Brigitte Macron.

Cette cérémonie, à laquelle assistent plusieurs chefs d’État et de gouvernement des pays belligérants de la Grande Guerre, des représentants des institutions européennes, de l’Organisation des Nations Unies et de plusieurs autres organisations internationales, se déroulera à l’Arc de Triomphe.

Cet événement offre l’occasion de se remémorer les sacrifices de tous les combattants de la Grande Guerre et rendre un hommage commun à tous ces hommes qui ont combattu pour les idéaux de la paix, de la réconciliation et de l’entente.

Près de 70 chefs d’Etat et de gouvernement se réunissent dimanche à Paris pour célébrer le centenaire de l’armistice de la Grande guerre, un rassemblement hors norme et sous haute sécurité qu’Emmanuel Macron veut mettre à profit pour vanter le multilatéralisme dans les relations internationales.

Donald Trump, Angela Merkel, Vladimir Poutine, le roi Mohammed VI, Recep Tayyip Erdogan, Justin Trudeau, Denis Sassou Nguesso… participeront vers 10H00 GMT à une grande cérémonie sous l’Arc de Triomphe, en haut de la célèbre avenue des Champs-Elysées, sous lequel gît le soldat inconnu et brûle perpétuellement sa flamme du souvenir, rappelant l’ampleur d’un conflit aux 18 millions de morts.

Les premiers des quelque 70 chefs d’Etat et de gouvernement attendus ont commencé à arriver dimanche peu après 08H15 GMT au palais de l’Elysée, accueillis par Emmanuel et Brigitte Macron. De là, ils se rendront ensuite sur la place de l’Etoile où se trouve l’Arc de Triomphe pour la cérémonie.

Donald Trump n’est lui pas attendu à l’Elysée mais se rendra directement sur place.

Le dispositif de sécurité est massif, avec quelque 10.000 membres des forces de l’ordre qui quadrillent les points névralgiques des cérémonies. La dernière fois que Paris a accueilli autant de dignitaires remonte au 11 janvier 2015 après les attentats islamistes contre Charlie Hebdo et le magasin juif Hyper Cacher.

Après un cérémonial militaire, les dignitaires se regrouperont au pied de l’Arc de Triomphe, sous un abri installé pour l’occasion alors qu’une pluie fine s’abattait sur Paris.

Le célèbre violoncelliste américain Yo-Yo Ma interprètera la Sarabande de la Suite n°5 pour violoncelle en do mineur de Jean-Sébastien Bach, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo chantera en hommage aux troupes coloniales, des lycéens liront des témoignages de 1918, et Emmanuel Macron prononcera un discours puis ravivera la flamme au son du "Boléro" de Ravel.

Le président français parlera à cette prestigieuse assemblée du passé, et il en profitera surtout pour délivrer son message politique en faveur du multilatéralisme dans la gouvernance internationale, à l’heure où de plus en plus de pays semblent enclin à lui tourner le dos, au premier rang desquels, les Etats-Unis, première puissance du monde.

"Il s’agit de faire résonner le 11 novembre 1918 avec le 11 novembre 2018", selon une source de la présidence française, pour qui la cérémonie doit avoir "un sens pour aujourd’hui".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite