Allemagne : Vladimir Poutine ne sera pas honoré pour son “esprit éclairé”

L’attribution à Vladimir Poutine du prix Quadriga récompensant “des modèles exemplaires d’esprits éclairés et d’efforts pour le bien public” n’aura pas lieu, la controverse a été trop forte.

Allemagne : Vladimir Poutine ne sera pas honoré pour son
Peut-on qualifier Valdimir Poutine "d’esprit éclairé" et lui remettre un prix honorifique pour son action pour la défense des valeurs ? La question, après avoir fait de grosses vagues en Allemagne, a été tranchée ce samedi midi : les prix Quadriga ne sont pas remis cette année.

La pression était devenue trop forte sur le comité de sélection au sein duquel l’attribution du prix à Vladimir Poutine avait déjà fait l’objet de discussions enflammées.

Récipiendaire en 2010, l’artiste danois Olafur Eliasson a déja rendu son prix et Vaclav Havel, le dissident puis président tchèque (lauréat 2009), s’apprêterait à faire de même. Le communiqué annonçant le renoncement des organisateurs indique en effet : “cela nous peine d’autant plus qu’il (Vaclav Havel) ne semble plus voir aucune possibilité de rester parmi le cercle des récipiendaires”.

Le co-président des Verts allemands, Cem Özdemir, ainsi que deux autres membres du comité d’encadrement ont démissionné de Wekstatt Deutschland, l’organisateur des prix Quadriga.

Pour les opposants à la remise du prix à Vladimir Poutine, son action en Tchétchènie, le musellement des médias et la mise au pas de l’opposition sont incompatibles avec les valeurs qu’entend honorer le prix Quadriga.

Depuis 2003, le prix Quadriga, du nom de la figure sculptée qui surmonte la Porte de Brandeboug, est remis le 3 octobre, jour de la Réunification : “Le prix Quadriga rend hommage à quatre personnalités et projets dont l’esprit et l’action s’appuient sur des valeurs. Qui dit valeurs, dit visions. Qui dit valeurs, dit courage. Qui dit valeurs, dit responsabilité” peut-on lire sur le site de l’organisateur. De même : “le Quadriga (est) dédié à tous ceux dont le courage est capable de faire tomber les murs”.

A Moscou, les services du premier ministre ont indiqué que la décision des organisateurs n’aura aucune incidence sur les relations entre la Russie et l’Allemagne alors que lundi s’ouvrent à Hanovre des consultations intergouvernementales germano-russes en présence la chancelière Angela Merkel et le président russe Dimitri Medvedev.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite